vendredi 22 juin 2007

QUELQUES NOUVELLES BREVES (par Laurence)


Tout d'abord merci de vos messages de soutien, ici ou par courriel, suite au décès de ma Tante. Nous étions très proches l'une de l'autre et cela m'a quelque peu secouée.

En ce qui concerne le site, étant donné que les initiateurs s'en retirent tous, peu à peu et un par un, fort logiquement, afin de se consacrer au travail de terrain dans leurs mouvements respectifs, (notamment pour l'union de tous), je vais dorénavant le gérer moi même et le réorganiser, afin qu'il ne disparaisse pas. Evidemment, je ne pourrais pas y consacrer plus de quelques heures par semaine, d'autant qu'après mon congé de maternité, je reprends une activité à partir de septembre.

N'ayant pas le talent épistolaire de nos ex contributeurs, je me contenterai d'écrire quelques articulets liés à l'actualité et de gérer les commentaires. Aussi, je vous demande à toutes et à tous de ne pas hésiter à me faire parvenir vos textes et articles (personnels et non plagiés SVP) afin que je les publie in extenso. Toutes les contributions seront les bienvenues, j'insiste là dessus. En ce qui concerne les sources de vos informations, merci de les citer quand cela est nécessaire. J'ai pris cette décision pour ne pas décevoir les nombreuses personnes qui me demandaient que ce lien ne disparaisse pas, aussi je demande en retour de ne pas critiquer le fait qu'il n'y aura pas de mise à jour régulière. Une par semaine ce serait déjà bien, le principal étant que le lien ne soit pas rompu.

Le solstice d'été est passé et nous entrons dans la période dite de trêve estivale. Il n'y a donc pas grand chose à commenter dans l'actualité et rien à ajouter aux analyses déjà publiées sous forme d'articles ou de commentaires.

L'avenir apparaît de plus en plus comme appartenant à une entente de toutes les forces nationales, nationalistes et patriotes "hors FN", qui serait rejoint à terme, n'en doutons pas, par les déçus du MPF et les exclus (purgés ou écoeurés) du Front National. Comme l'ont souligné nombre de nos commentateurs, tout est plus ou moins en place. Bruno Mégret et le MNR continuent leur "Alliance Patriotique" malgré les déconvenues ; les identitaires et les régionalistes lancent des initiatives intéressantes et louables ; les petites organisations autonomes, de même que les cercles et associations patriotes poursuivent leurs actions et les militants potentiels dans la nature attendent "LE" signe qui leur redonnera espoir. Très clairement, il ne manque à ce jour qu'un geste de Carl Lang (pour les nationalistes encore au FN) et de Bernard Antony (et de ses nombreux réseaux) pour que l'idée salvatrice d'un grand rassemblement national se mette en place.

Il faut donc attendre que le signal soit donné, ce qui ne signifie pas que nous ne devions pas tout faire dans nos différentes sphères d'influence pour accélérer les choses.

En attendant, il m'a semblé judicieux de rappeler quelles sont nos valeurs, afin que nous ne fassions pas fausse route. En effet, certains s'amusent, à l'intérieur même de nos rangs, à caricaturer nos idées, allant jusqu'à inventer de toutes pièces une "demande de radicalisation" totalement imaginaire, afin de contrebalancer leur volonté de banalisation qui est LE seul danger mortel à l'heure actuelle. Il ne faut donc rien leur céder, comme nous n'avons jamais rien cédé au système, autrement nous n'aurons plus rien à dire à personne ! Pour mieux (re)définir nos valeurs communes, j'ai préféré reprendre une partie d'un article déjà publié et qui résumait la chose de façon concrète et directe.

"C’est quoi cette doctrine, cette originalité qui fait notre force ? Elle est composé de valeurs dont le substrat peut et doit donner lieu à la synthèse et au syncrétisme partout, pour toutes et tous, sans que cela puisse créer des divisions ravageuses. Déclinons-les si vous le voulez bien.

Au nombre de ces valeurs, il y a d’abord l’affirmation qu’au sommet de l’Etat, il doit y avoir « l’autorité arbitrale et indépendante » (LE Principe d'Autorité), et à sa base les libertés, en clair la démocratie, ou la « république comme système organisationnelle » chère à M Spieler. C’est l’opposition à la dictature en haut et la démagogie en bas. C’est la synthèse moderne que prône M Antony, entre Monarchisme et République, pour sortir du modèle unique de la dictature républicano jacobine qui ne conduit qu’à la pensée unique mortifère. Il semble bien qu’actuellement, le FN se dégage de ce consensus premier par son extrémisme jacobin. Nous verrons bien au prochain congrès si cette tendance se confirme. Mais si dans ce domaine, comme dans les autres, nous n’avons plus rien à dire ni à opposer, c’est non seulement criminel contre nous-mêmes, mais cela voudra dire que la France éternelle est tombée et qu’elle n’a plus rien à dire ni à offrir au monde. L’Histoire est-elle figée Ad Vitam ? Il vaut mieux croire que non, pour nous, pour le pays, pour nos enfants, pour l’avenir. Il vaudrait mieux pour M Mégret qu'il le comprenne, après la déroute des législatives, s'il veut rebondir. Nous pensons que Carl Lang a intégré ce facteur depuis longtemps...

Après, il en découle le principe de subsidiarité, qui doit aussi bien s’appliquer dans les domaines sociaux, économiques, politiques et autres. Ce retour à un sain corporatisme éclairé ne s’accompagne pas de l’effacement des acquis existants, au contraire. Il est fort utile de rappeler que l’horizontalité n’est pas l’ennemi de la verticalité. C’est cela la vraie transcendance, l’élévation ascendante en opposition à l’élévation descendante. Pour ceux qui comprennent, c’est le principe même de l’Axis Mundi. En pratique et dans l’organisation politique de l’état, cela reste pour nous le triptyque « Ville – Région – Nation », l’Europe ne devant se conjuguer que dans le pragmatisme de « l’Europe des Nations », avant de pouvoir imaginer autre chose à très, très long terme (tant ce type de processus ne peut être que naturel et non basé sur le constructivisme néfaste). Sortir de cette logique, aussi bien identitaire qu’enracinée, c’est sortir de nous-mêmes et ne plus offrir d’alternative crédible au système en place. Là aussi et jusqu’à maintenant, tout le monde était d’accord sur le principe…

Ensuite, il y a l’affirmation que, si la France n’est pas une race ni une ethnie, elle est tout de même et à tout le moins d’essence européenne, chrétienne et composée de cultures régionales riches et indispensables. Remettre cela en cause, de quelque manière que ce soit, serait proprement suicidaire. Et concernant l'Islam et l'islamisation, les propositions à la fois très fermes, logiques, humaines et mesurées de Bernard Antony (voir la charte issue de son colloque sur l'Islam), alliées au principe sacré de réciprocité qui fait logiquement force de Loi en France depuis Richelieu dans nombre de domaine (y compris la politique étrangère bien sur), devraient évidemment recevoir l'assentiment de tous...

Enfin, viennent nos dernières valeurs communes non négociables, valeurs issues du monde Gréco Latin, de la Chrétienté (le Décalogue) et, disons le aussi tout net, des lumières, d’ailleurs plus de la Renaissance que du 18ème siècle. La famille, cellule de base de la société, l’affirmation du caractère sacré de la vie, avec évidemment, la défense de la vie en opposition à la culture de mort, l’autorité juste car enracinée, la doctrine sociale et la défense des plus faibles, la primauté de l’individu sur le collectif dans l’interdépendance, la promotion de toutes les libertés par la responsabilité sous le couvert de nos valeurs, l’Identité bien sur en opposition au cosmopolitisme et au mondialisme, mais aussi la solidarité et non la fraternité, la charité et non l’assistanat, la justice et surtout la justesse, la liberté d'entreprendre et d'agir, le refus de toute dictature intérieure ou extérieure, la tempérance et non la tolérance licencieuse, les droits et les devoirs de l’Homme, le génie Français, celui de "la France mère des Arts, des Armes et des Lois", mais également le beau, le vrai, le bon, l’honneur et le cœur, bref tout ce qui doit former ce que Bernard Antony nomme à juste titre notre belle et grande Amitié Française, celle que le monde admire et envie, avec, en corollaire, l'indépendance, la souveraineté et la grandeur de notre si belle Nation, et si possible son rayonnement universel par le biais de la Francophonie et de la Francité.

Ces valeurs peuvent donner lieu à une synthèse sous forme d'adaptation unitaire, mais elles ne sont pas négociables. Tout le reste l'est... Si par le passé, messieurs Antony et Vial avaient réussit le miracle du syncrétisme salvateur, nous ne voyons aucune raison d’y renoncer, autrement nous ne nous relèverons jamais. Les valeurs M Briois, cela n’a jamais été faire table rase du passé, c’est, au contraire, avancer sereinement, tout en oubliant jamais d’où l’on vient. L’oublier, c’est mourir…

Une parenthèse tout de même pour ceux qui pourraient douter de la justesse du combat pour la vie, pour ceux qui pourraient trouver cela presque ringard, à tout le moins désuet. Imaginez-vous que les féministes réclament en France le droit d’avorter jusqu’à 16 semaines, alors que, dans le même temps, il y a quelques mois, des médecins anglais ont sauvé un prématuré à … 16 semaines. C’est un message on ne peut plus limpide à celles et à ceux qui affirmaient encore il y a peu que la vie n’existait pas avant l’accouchement. Les médecins anglais ont prouvé que la vie (dans la définition même qu’en donne notre système décadent) existait à 16 semaines. Alors, les féministes réclamant encore le droit d’avorter dans ce délai sont très clairement des assassins. Il faut appeler un chat un chat. Le débat nauséabond entre le début de la vie et sa fin n’est pas clos, nous le savons, mais la science vient plus souvent au secours de Dieu que de ses ennemis. Les faits sont là et ils sont têtus n’est ce pas !

En résumé : Premièrement. Autorité arbitre au-dessus, démocratie active en-dessous, le tout sous le couvert d'une structure pyramidale multiple basée sur le principe de subsidiarité, le corporatisme éclairé et la règle référendaire (avec majorité qualifiée pour les sujets régaliens). Deuxièmement. Défense et promotion de toutes les libertés sous le couvert d'une quinzaine de valeurs non négociables. Troisièmement. Souveraineté et indépendance de la France, dans le respect de son identité et de ses cultures régionales.

Sur ces bases là; aussi éloignées de l'UMP que du PS, la Droite Nationale, Sociale, Populaire et Identitaire a de très beaux jours devant elle".

A nous d'influencer pour la plus large union allant dans ce sens. Et n'oublions jamais que l'honneur appartient aux forts et la ringardise aux faibles !

Nous avons tout l'été...


COURAGE ET EN AVANT !

17 commentaires:

franc-sparte a dit…

Bon retour parmi nous Laurence, la vie continue, le combat aussi ....

Jusqu'ici les messages étaient essentiellement tactiques, tournant autour des déviances du BP et de Marine (que je propose de surnommer "la vire-à-gauche")

La fin des événements électoraux permettent effectivement un rappel de doctrine. A ce propos je suis assez géné par votre edito Laurence. Car en multipliant les rappels sur plusieurs points secondaires de doctrine vous ne pouvez qu'écarter tel ou tel qui ne sera pas d'accord sur un de ces points.

Alors qu'il nous faut rassembler.

Pour ma part j'ai bien sur des idées nettes sur chacun de ces points, mais un seul est sans discussion. La défense de l'identité (ethnique pour être poli) de la métropole (le "coeur de France")

Les autres points (régionalisme, défense de la vie, doctrine économique et sociale, justice etc.) sont importants mais pas vitaux. Et de toutes façons ils devienent sans aucune importance si nous perdons ce combat.

C'est pourquoi aussi je ne peux pas être d'accord avec une phrase comme "la France n'est ni une race ni une ethnie" qui est - je le rappelle - une des phrases clef de nos ennemis gauchistes et libéraux-avancés.

Si la France n'est ni une race ni une ethnie pourquoi s'inquiéter ? Et pourquoi ajouter juste aprés "qu"elle est bien sur de peuplement européen" !

Car qu'est ce qu'un "peuplement européen" sinon un peuplement racial ???
Il faut cesser d'être constamment en défense peureuse, oui nous sommes européens !

Et à tous ceux conscients de leur identité plusieurs fois millénaire, je dis que le grand combat est proche et que nous ne pourrons espérer l'emporter que si nous savons qui nous sommes, de qui nous venons et que nous en sommes fiers ! A ceux là, courage et confiance.

Anonyme a dit…

je suis tout à fait d'accord avec cet article. c'est bel et bien sur ces bases saines qu'il faut tout reconstruire. mais je n'ai pas bien compris le principe suivant:
"la règle référendaire (avec majorité qualifiée pour les sujets régaliens)". cela voudrait dire qu'il faut une majorité des 2/3 d'un referendum pour effectuer une reforme à propos d'un sujet regalien? j'aimerai juste savoir ce que l'on entend par regalien dans ce contexte. ce qui touche à la defense, les institutions, la justice etc...?
moi je pense qu'il faut utiliser le referendum beaucoup plus frequemment, mais pas forcement pour toutes reformes meme minimes. il faudrait faciliter les moyens d'usage du referendum en donnant le droit au president d'en lancer un sur n'importe quel theme s'il dispose de l'accord de 50 deputés au moins(ceci s'il n'a pas un gouvernement de son coté). sinon une grande reforme pourrait etre etre effectuée sans referendum mais uniquement si par exemple 300 deputés approuvent(ce qui serait difficile avec la proportionnelle integrale). mais je crois aussi qu'il faudrait laisser egalement une liberté à l'etat de decider sans demander l'avis au peuple par referendum, si ce n'est pas un sujet de reforme de société(par exemple l'augmentation du budget de la defense, de la police, la construction d'un monument ou des sujets du genre).
voila, si vous pouviez repondre à ma question en me precisant comment vous envisagez les modalités de ce domaine. merci d'avance

provence a dit…

bonjour votre article est trés intéressant et le programme trés clair et précis par ailleurs votre analyse sur l évolution du fn semble trés juste . il est nécéssaire que tous les nationaux se réunissent au plus vite dans une structure commune afin de représenter une force incontournable et non dans divers petits groupes qui n auront aucune chance de subsister ou plus excatement d avoir une quelconque influence mais je pense que l union doit se faire sans exclusive c est à dire avec les gens du fn mais sans culte du chef et sans affadir le discours comme vient de le faire le fn il faut tenir un discours de rassemblement et non d invectives permanentes voir de haine entre les nationaux car cela entrainera une incapacité à se rassembler et fera le jeu des partis de l établissement chacun doit faire un pas vers l autre pour un grand congrés de la droite nationale populaire et sociale le fn doit reconnaitre ces erreurs multiples cesser d attaquer les autres megret antony les régionalistes de facon parfois honteuses et vous je pense que vous devez tout de meme reconnaitre que jean marie le pen a été un grand leader brillant et courageux meme si sa strategie de la terre brulée est désormais désastreuse alors si tout le monde accepte un grand congrés de rassemblement ou toutes les tendances seront représentées et unies sur l essentiel tout redeviendra possible alors union union de tous et la dynamique va revenir trés fort avec un grand parti de militant car tous les gens qui souffrent ceux qui subissent l humiliation journaliére dans les cités et l insécutité permanente en clair le peuple de france cela ne peuvent pas attendre pensons à eux et rassemblons nous tous et vote trés vite

Collectif "Sauvons notre Idéal" a dit…

Quelques réponses et réflexions,

Sur la majorité qualifiée pour les référendums concernant des sujets dits régaliens, il est évident que dans un état ou le principe de subsidiarité fait force de Loi, il ne serait question de l'appliquer QUE pour ce qui relève de la souveraineté de la France, de la défense extérieure et la santé. Nous nous étions déjà exprimé sur le sujet. Il nous semble qu'une majorité de 70% des citoyens est juste, dans ces cas précis. Pour expliquer par un exemple précis, si un quota de signatures est obtenu pour l'organisation d'un référendum sur OUI ou NON à la suppression de l'armée, il ne saurait être question de trancher dans le vif avec le risque d'un OUI à 50,01% ! Il faut savoir être sérieux et prévenir tout risque de dérive. Le reste nous semble négociable...

En ce qui concerne l'initiative référendaire elle même, il faut que le Président garde cette possibilité (tout seul et sans contrainte), comme c'est actuellement le cas. Pour les députés, il faut voir car on ne peut pas mélanger les genres. Par contre, cette initiative doit être accordée au peuple sans réserve, de la "votation locale" au référendum national en passant par le référendum d'initiative régionale. Si on se réfère à l'exemple Suisse, il faut 1/100ème de la population signant une initiative pour organiser un référendum dit fédéral (donc national pour le Suisse). En France, cela équivaudrait à 650.000 signatures. Disons que le chiffre de 500.000 serait adéquat, évitant tant le blocage que les dérives.

Pour répondre à Franc Sparte. Il ne faut rien céder à la gauche cosmopolite ni à la droite mondialiste, mais il ne faut pas tomber non plus dans l'erreur. La France n'est ni un peuple (au sens du Volk allemand) ni une ethnie. Certes, l'histoire officielle (avant tout médiatique) ment en affirmant que la France s'est forgée à partir de l'immigration (comme l'avait superbement (re)démontré Dominique Venner il y a quelques années dans la NRH consacrée à l'Identité Française), mais ce serait également un mensonge que de résumer notre identité à une quelconque "race" européenne qui n'existe pas. C'est ainsi, nous n'y pouvons rien. A l'heure actuelle, il vaut mieux s'en tenir au fait que notre Identité est d'essence (donc fortement majoritaire) européenne. Il nous semble inutile de prêter le flanc à la critique, mais nous sommes d'accord avec vous sur le fond. Par contre, il est tout de même utile de rappeler que certains, faisant le pari du fédéralisme européen pour une hypothétique (et utopique) "grande europe identitaire" dominant de nouveau le monde, se trompent lourdement, à notre sens. En effet, ce serait lacher la proie pour l'ombre, ce pour de bon. Soyons clairs, la poursuite du jacobinisme destructeur nous conduisant de plus en plus dans le magma mondialiste est mortel, nous en sommes tous conscients, mais le mythe irréaliste de l'Europe "fer de lance du monde blanc" l'est tout autant. Pourquoi ? Tout simplement à cause du bon vieux principe "Evolien" qui indique qu'en prenant (ou en suivant) des exemples chez ceux qui sont entrés plus tard en décadence, on ne fait que se maintenir dans la décadence, accélérant sa mise en place globale et empêchant d'en sortir. La réponse, (donc la solution), n'est pas évidente mais elle réside en nous et pas ailleurs. Nous sortirons de la décadence nous mêmes et nous pourrons dès lors prétendre guidre les autres. Ceci étant dit, il est évident que si la crise identitaire s'accentue encore, il y aura fatalement simplification du débat, avec, d'un côté, les tenants de l'acceptation de la fin de notre identité européenne, (toutes les forces du système, dont le FN version Marine Le Pen / Alain Soral pour qui la "république" sert d'identité), et de l'autre, celles et ceux qui refuseront toujours, quitte à résumer la lutte à une dimension "raciale". S'il faut le faire, nous le ferons, c'est évident, et nous lutterons ensemble. Mais d'ici là, il vaut mieux jouer la carte de la raison comme de la vérité, tout en sachant que ce sont souvent les évènements qui décident pour nous.

Merci à tous de vos informations et de vos messages.

Nous aurions pu commenter l'interview accordée par la fille Le Pen et Steeve Briois à Novopress, remplie de mensonges et insuniations, mais tout ayant été déjà dit sur le sujet, il est inutile d'y revenir, comme d'accorder le moindre crédit à ces gens, surtout tant qu'ils n'auront pas fait le moindre petit Mea Culpa et qu'ils continueront comme si de rien...

Anonyme a dit…

Je me borne à vous donner toutes mes félicitations pour ce brillant article, avant tout pour le rappel de ce que nous sommes.

Certains voudraient un combat pour une France et une Europe Blanche, soyons clairs, et d'autres sont prêts au contraire à tout sacrifier pour maintenir une France existante sur le papier, quitte à ce qu'il n'y ait plus de français du tout.

La vérité se situe à mi chemin entre identité et valeurs, merci de l'avoir rappelé.

Je signe des deux mains, même si c'est la voie la plus difficile.

Anonyme a dit…

allez voir sur ce lien:

http://www.veritesurlefn.org/modules/news/article.php?com_mode=flat&storyid=66


ça c'etait la bonne epoque, quelle nostalgie. comparé à maintenant...

franc-sparte a dit…

bonjour Laurence

Je suis absolument sidéré par votre phrase "la race européenne n'existe pas" sic sic et absolument sic ! et plus encore par "la France n'est ni un peuple ni une ethnie"

Bien sur que si dans les deux cas !

Pour le premier c'est enfantin à démontrer, montrez moi 100 photos de foules européennes et 100 photos de foules africaines ou asiatiques et je reconnais les foules européennes avec 0 % d'erreur !

Le bon sens populaire ne s'y trompe d'ailleurs pas, qui sait bien distinguer entre "européen de souche" et autre ..

En ce qui concerne l'individu cela est parfois plus délicat, mais c'est l'éternel problème des limites. Ne pas être capable de définir quel cheveu en tombant vous fait devenir chauve n'empêche pas qu'il y ait des chauves !
Idem, il y a des métis, des cas limites, mais aussi des européens et des non européens.

Pour ce qui est de l'ethnie française, bien sur qu'elle existe. C'est ce qu'on appele une "ethnie-résultat" formé par la fusion harmonieuse des différents peuples européens qui se sont succédé sur notre sol (germains, latins, celtes, protoceltes, basques, ligures ...eux mêmes souvents "peuples-résultats")

Affirmer comme vous le faites que la race europénne (blanche pour être clair) et que le peuple français (au sens allemend de volk) n'existent pas retire toute pertinence à votre combat, car alors pour sauver ce qui vous semble être la France - un vague ensemble linguistico-culturel sans racine biologique définie, - il vous suffit de prôner l'assimilation des populations installées sur notre sol, et c'est exactement la position de la vire-à-gauche et de sa clique.

Pourriez vous préciser la position du collectif sur ce point capital ?

Car je me suis trompé une fois sur Lepen, c'est pardonnable à condition de ne pas prendre goût à l'erreur.


En tout cas, courage et confiance aux défenseurs de la France française et européenne.

Agnès a dit…

Je suis particulièrement outrée de l'attitude de Jean Marie Le Pen et de sa fille. J'avoue avoir voué une sorte de culte en ce qui concerne Jean Marie Le Pen pour ses qualités de Tribun hors pair. Cependant, depuis qu'il a été au second tour de la présidentielle en 2002, je trouve qu'il a changé et qu'il fait n'importe quoi. Je ne sais pas ce qu'il pense, mais s'il s'imagine qu'on le suivait pour lui et non pour un idéal il se plante totalement. Il était certes le support principal, comme un fer de lance de cet idéal, mais pas l'idéal lui même, autrement c'est une forme d'idolatrie indigne des valeurs chrétiennes. Aussi, je le redis, je suis outrée de son comportement et je pense qu'il faut vraiment du nouveau. L'année dernière j'avais songé à M Villiers, mais en fait c'est un rigolo et ce n'est pas la bonne carte à jouer. Il faut donc attendre que la flamme se ranime.

Collectif "Sauvons notre Idéal" a dit…

Pour Franc Sparte,

Je ne veux pas polémiquer, mais nous nous rejoignons dans ce combat, même si nous ne l'expliquons pas pareillement. Alors et pour résumer : NON, je le maintiens, la France n'est ni un peuple (au sens du Volk allemand qui confond race, langue et sang) ni une race, ni une ethnie au sens stricte. Par contre OUI, la France est ce que vous appelez une "ethnie résultat", ce que je nomme moi "population d'essence européenne". Il n'est pas niable qu le substrat de l'identité française soit BLANC et EUROPEEN, je l'affirme, sans oublier les minorités historiques qui ne sont il est vrai guère nombreuses.

Je vous précise également que je suis bien évidemment opposé en tout à l'assimilation chère à Marine Le Pen, car c'est une telle doctrine qui nous a conduit au bord de la ruine. Il est très net que la "vire à gauche" (comme vous dites) et ses alliés ne voit que la seule et unique souveraineté de la "france république une et indivisible", quitte à ce qu'elle ne soit plus peuplée de Français. Il faut s'opposer de toutes nos forces à cela. Ceci étant dit, je ne vois aucune raison de ne pas affirmer que la France est d'essence blanche et européenne, tout en précisant qu'elle n'est ni une race ni une ethnie au sens propre et généralement admis.

Pour ce qui est des "français de mérite" et "français par le sang versé", nous devons, selon moi, maintenir cette tradition particulièrement méritoire.

franc-sparte a dit…

bonjour,

Je ne veux pas non plus entretenir une polémique qui risquerait d'être sans fin, je voulais seulement connaître la position de votre collectif sur ce point qui est pour moi capital et en tirer les conclusions qui s'imposent. Ce sera d'ailleurs mon dernier message sur ce sujet car vous avez été claire .

Puisque vous dites que nos combats se rejoignent je n'ai aucune raison de ne pas le croire mais j'affirme au contraire de vous, que la race que l'on a appelé selon les époques blanche, ou européenne ou caucasienne ou aryenne existe bel et bien. (et je parle bien de race et non d'ethnie).

J'ajoute qu'elle est reconnue en tant que telle dans des pays comme les USA.

Nier son existence c'est nier que la Terre est ronde ...

Ce que je trouve dommage c'est que souvent les radicaux nationalistes sont sur ces questions d'une prudence de petit chaton apeuré, minés par la crainte d'être traités de racistes par nos ennemis.

Ils le seront de toutes façons ....

Mais à l'heure ou la science redécouvre la notion de race par l'étude des marqueurs biologiques, à l'heure ou les affirmations des cosmopolites selon lesquelles "les races n'existent pas" sont battues en brêche, à l'heure ou les affirmations identitaires sur base raciale pullulent dans le monde, je trouve dommage de rester en retrait sur ces questions.

Ne pas en parler par "prudence" ne sert à rien, en face ils en parleront pour vous.

bon courage pour la suite, confiance en tout cas.

Ost a dit…

Bon, on ne va pas faire l'année.

1 - Les Français ne sont pas un volk... Ok. En effet, la France est au carrefour des mondes latin et nordique.

2 - On pourrait discerner des ethnies françaises soient très spécifiques, soient simplement apparentées à celles de nos voisins.

3 - Toutes ces ethnies françaises qui font le peuple français sont européennes. Il n'y a pas d'Africaines ou d'Asiates.

Alors, ceci étant posé et ne souffrant d'aucune discussion, soit on part du principe que la France telle que nous l'avons connue pendant des siècles peut continuer à exister sans ces ethnies européennes, soit on constate la réalité des civilisations et l'on voit que la disparition d'un sang change le contenu d'une civilisation.

Bref, et toujours pour faire court : si vous ne vous battez pas pour notre race européenne, si vous pensez qu'il suffit de convertir au catholicisme les muslims, et que tout ira bien... eh ben... sans moi...

Anonyme a dit…

merci pour votre reponse au sujet du referendum. cependant il y a encore un point que je n'ai pas bien saisi. pour les sujets regaliens vous suggerez une majorité qualifiée, soit. j'ai maintenant compris que c'etait dans le but d'une garantie au cas ou une initiative referendaire etait lancée sur une proposition de reforme abracadabrantesque. mais si c'est le chef de l'etat qui propose une reforme regalienne, doit il obtenir la majorité qualifiée pour etre approuvé? si il lance une proposition serieuse et bonne pour le pays, doit il avoir une majorité qualifiée? ou ce ne serait seulement dans le cas d'un referendum d'initiative populaire?
par exemple, si le president veut faire augmenter le budget de la defense, doit il organiser un referendum la dessus(ce que je trouverai pas très utile) ou pas? et si c'est la cas, doit il obtenir les 2/3 des suffrages l'approuvant?
je vous le demande car si je pense que le referendum frequent est une bonne chose, je ne voudrais pas non plus qu'il soit utilisé sans arret pour amener les citoyens à se prononcer sur tout sujet 20 fois par an. et surtout si on doit obtenir la majorité des 2/3 pour pouvoir faire une reforme necessaire. à vous de me dire si vous suggerez cette majorité qualifiée uniquement pour le referendum d'initiative populaire.
merci bien.

Laurent a dit…

Ceux qui croient encore au FN devraient lire et relire l'entretien de fifille et briois à novopress. Entre autre grand moment de "réflexion", il y a encore et toujours les insultes et insinuations calomnieuses envers les cadres du front et même envers les sympathisants de novopress eux mêmes. Tout y passe: Sectarisme, groupuscularisme, soralisme, jacobinisme, modernisme, tout le panthéon du marinisme, mensonges hauts et idées sales. Du délire en fait. Son père dans ses grandes années n'avait pas besoin d'en faire des tonnes pour prouver qu'il était le meilleur. Il faut vraiment passer à autre chose !

Collectif "Sauvons notre Idéal" a dit…

Pour tenter de répondre définitivement sur la question de l'identité,

Entièrement d'accord avec Ost et Franc Sparte, nous n'allons pas y passer l'année.

Tout d'abord, il n'est pas question d'être frileux sur ce sujet vital pour notre avenir. Dans le même esprit, il est hors de question de considérer que les musulmans convertis au catholicisme feraient "de très bons français" (à l'image de l'assimilation républicaniste). Ils feraient certes de très bons catholiques, mais ils n'en feraient pas pour autant des Français, c'est très clair.

Il s'agit tout simplement d'être francs (sans jeu de mot) et honnêtes. Nous nous bornons à constater que la France n'est ni une race ni une ethnie, ce qui est une vérité historique. Cependant, le passé est le passé et "les morts doivent enterrer les morts". Ce que nous voulons dire par là c'est que l'identité française est EUROPEENNE avant tout. Nous ne disons pas autre chose, c'est la raison pour laquelle nous avons le même combat. Il serait vain de tenter de théoriser ce qui ne peut l'être, c'est la plus élémentaire logique.

Concernant la race blanche définit communément aux USA dont parle Franc Sparte, il s'agit de la race dite Caucasienne. Il nous semble dangereux de s'y référer, car c'est une véritable auberge espagnol. On y met ce qu'on veut, tout et son contraire, puisque la majorité des tenants de cette définition considère que les peuples non seulement perses mais également arabo-musulmans en font partie.

La définition de la race est toujours fortement sujette à caution depuis 1758 et Carl Von Linné, même si dans ce domaine comme dans les autres l'histoire n'est jamais figée. Après, il y a eu son disciple, Johann Friedrich Blumenbach, qui, même s'il parlait de dégénérescence (au sens d'écart par rapport à la valeur étalon du caucasien), défendait le principe d'unité totale du genre humain au sens de race générique. Puis, ce fut Gobineau qui poursuivit ce travail de classification, sans véritablement faire taire la polémique, vous en conviendrez aisément. Race, génétique, taxon, anthropologie, ethnie, etc, tous ces sujets forment un gigantesque labyrinthe ou une chatte n'y retrouverait pas ses petits. Il n'y a que les aveugles gauchistes pour ignorer qu'au sein d'une espèce, une race est généralement considérée comme une collection d'individus ayant en commun un certain nombre de caractères morphologiques et physiologiques qu'ils perpétuent lorsqu'ils se reproduisent entre eux. Ca, l'ensemble de la communauté scientifique le sait, même si le système s'obstine à affirmer que, pour le genre humain, ce qui relève de la race appartient à la culture, chose que personne ne songe à indiquer en ce qui concerne le monde animal, ou, au contraire, l'avenir est à la traçabilité exigée y compris par les marxistes !

Il n'en demeure pas moins qu'à ce jour, le patrimoine génétique est commun à tous les peuples de la terre, n'en déplaise à certains, puisqu'on transplante des reins (et autres) de Nigérians sur de (très) riches Texans malades qui se porte à merveille.

Plutôt que de parler de race, nous préférons parler en ce qui nous concerne d'ethnies et donc d'ethnie groupe ou "résultat" pour la France et l'Europe. L'identité n'est pas la race et vice versa. Il est préférable de parler de "fond ethnique commun", de racines, de culture et de réligion.

Ceci dit, le combat d'aujourd'hui est loin de ces bisbilles, car il concerne notre survie, tant nous sommes menacés en tant que PEUPLE EUROPEEN ! Il n'y a rien d'incompatible à vouloir demeurer français, tout en sachant qu'il en va aussi de l'avenir de toute l'Europe. Nous ne devons pas nous diviser sur ces sujets, ce serait criminel tant la menace est là et double : Cosmopolitisme mondialiste conduisant à l'uniformisation globale et Islamisme comme seule opposition ! Nous n'avons pas d'autre choix que NI L'UN NI L'AUTRE !

En ce qui concerne le référendum, juste une petite précision. Dans notre esprit, la majorité qualifiée, loin d'être la règle, doit demeurer l'exception, le garde fou en ce qui concerne l'avenir du pays. Il aurait fallut depuis longtemps "constitutionnaliser" ces sujets (qui doivent être fort peu nombreux), cela aurait notamment évité de faire passer "Maastricht" à quelques dizaines de milliers de voix près. Avenir de la France, souveraineté, armée, guerre (quand elle n'est pas défensive), etc, il convient effectivement de réfléchir à ces sujets. Tout le reste doit relever de la majorité simple, c'est aussi cela la subsidiarité.

Ost a dit…

Je disais, on ne va pas y passer l'année, mais, en fait, on peut. Donc encore un avis sur races/ethnies/espèce...

Affirmer qu'un Africain peut donner un rein à un Européen n'est pas l'arme fatale pour nier l'existence des races.
Sauf à considérer qu'avec plus de 99% d'ADN en commun avec l'homme, notre amie la mouche est une ethnie éloignée...

On peut donc avoir peur des mots et ne pas aimer "race" mais il existe un ensemble génétique européen avec sa cohérence. Il existe également plusieurs millénaires d'histoire pour montrer la spécificité culturelle de cet ensemble et le rôle majeur de l'ethnie nordique que ce soit en Grèce, à Rome, dans la noblesse médiévale etc...

Bref, à l'heure des plus grands dangers, c'est justement le moment pour dire la vérité, toute la vérité, car elle seule sera révolutionnaire. Se cacher derrière le républicanisme.... échouera encore et toujours.

Il va sans dire que ce qui précède doit pouvoir être "habillé" dés lors que l'on entre dans l'arène médiatique. Mais habillage ne veut pas dire camouflage.

Anonyme a dit…

Eux en tout cas ils savent s'entendre.


Création de la Fédération Identitaire !

:: Communiqué du 25 juin 2007

Réunis à Lyon, le 21 juin, des dirigeants du Bloc Identitaire, d'Alsace d'Abord et de Peuples Identités et Cultures (Occitanie), ont créé la Fédération Identitaire.

Cette Fédération a pour objectif de rassembler et soutenir, partout en France, tous ceux pour qui la promotion et la défense des identités - qu'elles soient régionales, française ou européenne - est une priorité.

La Fédération Identitaire invite toutes les personnes qui partagent sa démarche d'espérance et de renouveau à entrer en contact avec ses coordinateurs : Christian Chaton (Conseiller général du Haut-Rhin, vice-président d'Alsace D'Abord), Jacques Cordonnier (Secrétaire général d'Alsace D'Abord) et Fabrice Robert (président du Bloc Identitaire).

Le premier grand rendez-vous sera la tenue d'une Convention Identitaire à l'automne 2007.

contact@federation-identitaire.com

Collectif "Sauvons notre Idéal" a dit…

Effectivement, la transplantation d'organe ne veut pas tout dire, loin s'en faut.

Entièrement d'accord avec Ost. On ne saurait mieux dire.

L'ensemble européen est cohérent à tous les niveaux. Cohérent est d'ailleurs un terme extrêmement bien choisi.

Plus largement et concernant l'identité, nos adversaires eux ne s'y trompent pas et affirment tranquillement leurs préférences. Dans le récent drame de Marseille, la jeune victime Nelson était d'origine européenne. Pas la moindre émeute, pas un bri de glace. Ca en dit plus long que tous les discours... Et chacun de savoir ce qu'il serait advenu au cas ou ... C'est ce que nos chers élites appelent le "racisme inversé". Drôle d'expression pour une "drôle" de situation...