samedi 3 mars 2007

UN BON EXEMPLE : PHILIPPE DE BEAUREGARD


UN BON EXEMPLE : PHILIPPE DE BEAUREGARD


Nous poursuivons notre tour de France des patriotes écoeurés par les graves dérives de Jean Marie Le Pen, dérives toutes initiées par le trio infernal : Sa fille Marine, le vainqueur de la médiocratie Louis Aliot et le marxiste Alain Soral.

De plus en plus de militants sincères et droits nous suivent et nous font confiance, mais ce qui reste de la « Lepénie patentée », entre deux bourbons et deux virées en boite branchée, nous calomnient, voulant plus que jamais nous faire passer pour ce que nous ne sommes évidemment pas. Alors ils divaguent, utilisant les mêmes (basses) méthodes dont ils accusent leurs adversaires de se servir contre eux. Pathétique ! Au choix, ils font courir des rumeurs selon lesquelles nous serions des « vendus à l’UMPS », des « stipendiés du vicomte » (ah rhétorique de prisunic quand tu nous tiens), des traîtres (ben voyons, venant d’eux faut oser tout de même), des fous voire de dangereux extrémistes montrant au combien Le Pen ne doit plus faire peur au système puisque nous appelons dorénavant à lui faire barrage. Nous avons droit à tout et « qu’en termes élégants ces choses là sont dites ». Tant mieux ! Merci ! Ca permet aux patriotes honnêtes, femmes et hommes, jeunes et anciens ayant tout donné par le passé à Le Pen de venir nous visiter, de nous lire, et de se rendre compte par eux-mêmes. Oui, merci !

Les questions du qui, du quoi, du comment, de l’avec qui, ne sont là que pour amuser la galerie, car la seule vraie question que devrait se poser tous les patriotes et nationalistes est la suivante : Pourquoi ? Nous aurions pu dire qu’elle concernait également JMLP, mais c’est peine perdue car il ne sait que trop ce dont nous voulons parler. Pourquoi ? Oui pourquoi autant de militants et de sympathisants dévoués corps et âmes désespèrent-ils de Le Pen ? Pourquoi autant d’électrices et d’électeurs, amoureux de la France et inquiets de son avenir, vont-ils se détourner de Le Pen le 22 avril prochain ? Nous en sommes persuadés et, cette fois-ci, c’est nous qui auront raison contre les sondeurs et pas Jean Marie Le Pen. Pourquoi autant de cadres de valeur ont décidé de rester dans la nature et de ne pas faire campagne pour Le Pen, de choisir (ce qui est une erreur à notre sens) un autre candidat, voire de mener campagne contre lui ?

Cette question, que Jean Marie Le Pen a eu tout loisir de se poser durant l’année 2006, chaque femme et chaque homme de ce pays devrait se la poser une fois sérieusement avant de se rendre aux urnes le 22 avril prochain.

Toutes les infos sont sur notre site, dans le désordre certes, mais nous n’avons pas les moyens du paquebot et encore moins ceux des autres. Ceci dit et pour mémoire :

- Jean Marie Le Pen a-t-il fait l’Union des Patriotes ? Evidemment que NON, ça se saurait et ça se verrait ! C’est même tout le contraire, l’exact inverse de ce qu’attendaient les Français. Avant de faire l’Union avec les autres, il fallait commencer par la faire en interne, ressouder le Front National, remobiliser toutes les énergies, remettre en selle Carl Lang et Bruno Gollnisch après la catastrophique année 2005, faire revenir Bernard Antony et ses amis et non les exclure en catimini, pardonner forcément à ceux qui avaient suivi Marie France Stirbois ne serait-ce qu’en sa mémoire, pardonner enfin à toutes celles et tous ceux qui avaient pu partir lors de différentes scissions depuis 20 ans. Il fallait remobiliser l’ensemble du Front National avant de faire un grand et authentique « aggiornamento » de toute la Droite Nationale. C’était la SEULE manière de redonner envie, courage et espoir à toutes ces bonnes volontés qui, à tort ou à raison, avaient été découragées par les évènements ou par les hommes.

Ca n’a jamais été fait, jamais !

Après avoir resserré les rangs au sein du FN, il fallait ouvrir pleinement et totalement les portes de l’Union Patriotique à tout le monde, avec cœur et ambition, en pardonnant car, dans une famille, nous savons tous que les torts sont naturellement partagés : Au MNR évidemment, mais aussi à tout le monde et en plein jour, partant du principe éternel qui veut que, lorsqu’on rassemble la famille pour un grand évènement, on ne cache pas le petit cousin dans le cellier, au motif stupide qu’il pourrait gêner un bien pensant, pas chez nous ! MNR, PP, Identitaires, RF, RN, PN, OF, etc, tous les mouvements autonomes, tous les mouvements régionalistes bien sur à commencer par « Alsace d’Abord », toutes les associations, tous les clubs, tous les cercles, toute la presse. Il fallait créer une « Droite Nationale Plurielle » ou tout le monde aurait eu sa place, y compris une Marine Le Pen et y compris un Soral, toute leur place mais rien que leur place, c’est évident. Des meetings avec tout le monde à la Tribune et des affiches de Jean Marie Le Pen avec les logos de toutes les organisations, avouez que ça aurait eu de la gueule, que ça aurait galvanisé les militants, puis les Français, mais non, certains préféreront toujours leur petit pré carré, exigeant de tout nouvel allié qu’il vienne la corde au cou, après une bonne autoflagellation , qu’il donne tout, avant d’accepter en conscience de s’accuser de haute trahison, d’applaudir à son exécution par 12 balles dans la peau, puis de faire discrètement campagne depuis son « cercueil ».

Tout le monde était bien d’accord, à commencer par « Monde et Vie », pour que tout le monde ait sa place.

Ca n’a jamais été fait, jamais !

Si cela avait été fait, nous n’existerions même pas, et à la place du « gros doute », nuage annonçant l’inévitable tempête, il y aurait eu un nouvel élan, une nouvelle espérance, une nouvelle flamme. Villiers et Dupont Aignan aurait été vidés de toute substance militante, avant même d’espérer pouvoir être candidats, et auraient du se ranger derrière nous, contraints et forcés ou de gaieté de cœur, mais non, certains pensaient déjà à « l’après » et il ne fallait en aucun cas d’une Union sincère !

En guise d’union, nous avons droit à une présence soviétique des deux Le Pen dans les médias. Par-dessus le marché c’est contre productif car lassant voire épuisant en ce qui concerne Marine Le Pen dont le ton monocorde agace presque plus que de la voir fouler aux pieds nos idées. En guise d’union, nous avons droit au bâillonnement de Carl Lang, Bruno Gollnisch et les autres leaders historiques du mouvement, aux tentatives incessantes d’humiliation des partenaires de cette union décidemment bien curieuse, à commencer par Bruno Mégret, et à un Soral tellement omniprésent que ce VRP Multicartes de la pensée marxiste pourrait prétendre, sans rire, à la succession de Jean Marie Le Pen. Interrogée par Libération sur le thème « pourquoi qu’elle à la Télé en dehors de son père », Marine Le Pen a eu cette réponse qui en dit très, très long : « Les médias ne veulent pas prendre le risque d’inviter quelqu’un de moins bon » ! En dehors de l’autosatisfaction promotionnelle de son ego démesuré, à dimension paternelle, un tel mépris laisse songeur…

L’omniprésence de Marine Le Pen, accentuée par les apparitions de serviteurs aussi zélés que (le pourtant bon) Martinelli et le nullissime Aliot, tous valets de la « nouvelle vaguelette », est de plus en plus insupportable aux nationaux. Car cette omniprésence est réelle et se double d’une omnipotence avérée, ce dans tous les domaines comme l’a montré le triste épisode Mégret de la convention de Lille, tombeau de l’union patriotique. A croire que JMLP n’y peut (presque) rien. Politique, économie, immigration, valeurs, stratégie et tactique de campagne, organisation, (dés)union des patriotes, conférences de presse, médias, il n’y a que le travail militant sur le terrain que n’occupe pas « Mme Fille », sans doute par manque d’habitude…

L’Union exigeait pourtant que nos meilleurs talents soient sur le pont.

Ca n’a jamais été fait, jamais !

- Y a-t-il eu reniements sur nos idées ? Evidemment que oui. Affirmer le contraire, surtout en se basant sur des logorrhées génériques, c’est à la fois un mensonge et une insulte à l’intelligence. Avec beaucoup de mauvaise foi, un escroc peut spolier un légataire de son héritage, mais les patriotes ne vont pas laisser passer cette forfaiture et Le Pen ne falsifiera pas son testament de son vivant, car, et comme il l’a si souvent dit, il n’en a que l’usufruit et cet héritage est notre, à vous, à nous tous !
Nous rappelons deux des phrases préférées de Jean Marie Le Pen. « Si j’avance suivez-moi, si je meurs vengez-moi, si je recule tuez moi », et, « Je préfère être battu sur mes idées qu’élu avec celles des autres ». Quid de ces deux affirmations historiques ?
Nous posons également deux questions à Jean Marie Le Pen :
- Comment ferait-il demain pour la France, ce qu’il n’a jamais ni pu, ni su, ni voulu faire hier pour le Mouvement National ?
- Le Front National, ça s’hérite ou ça se mérite ? Nous attendons encore les réponses…
Dans le fond comme sur la forme, les reniements sont là et bien là !

- Jean Marie Le Pen prépare t-il sa succession ? Oui ! Tout prouve qu’il compte utiliser une éventuelle présence au second tour pour passer en force et placer sa fille à la tête du FN.

- Y a-t-il complot ? Oui ! Jean Marie Le Pen a épuré le Front National de tous les héros de la « lutte » contre le MNR. Marie France Stirbois (avant son décès), Bernard Antony, Jacques Bompard (poussé dans les bras du MPF un tel militant il fallait le faire) et tant d’autres ont été virés sans ménagement. Carl Lang, Bruno Gollnisch et leurs amis sont sur la sellette. Jean Marie Le Pen prépare le terrain pour asseoir sa fille, c’est très clair.

- Jean Marie Le Pen a-t-il des soutiens sincères de ses anciens amis dont il s’est séparé ? NON ! Pierre Vial et Bernard Antony, dans deux registres évidemment différents, soutiennent Le Pen comme la corde soutient le pendu. Quantité d’amis de Romain Marie vont voter Villiers, et Pierre Vial, (comme Antony), continuent, dans leurs écrits, à être radicalement opposés aux dérives du FN, surtout sur le régionalisme, l’identité et le principe de subsidiarité, du fait de l’ultra républicanisme, de l’extrémisme jacobin incompréhensible du clan Le Pen. Quant à « Alsace d’Abord » n’en parlons pas, le FN local ayant clairement affiché sa préférence pour la défaite plutôt que pour l’union avec les amis de Robert Spieler. Tous les autres, nous disons bien tous, sont rejetés par Jean Marie Le Pen, qui d’ailleurs n’a même pas daigné leur répondre, même indirectement. Comme l’a chanté Michel Delpech : « On dirait qu’ça t’gêne… » !

- Les militants du MNR et du PP sont-ils motivés ? Poser la question, c’est déjà y répondre. Bien sur que NON, il suffit de voir dans les sections, même si le dynamisme du MNR compense les extrêmes carences du Front sur nombre de secteurs. Jean Marie Le Pen n’a plus besoin d’accuser des saboteurs quelconques, dorénavant ils habitent chez lui ! Beaucoup le pensent et le disent : « Si c’est cela l’union, il valait mieux rester chez nous… » !

Alors, venons-en à Philippe de Beauregard. Pourquoi allons-nous parler de lui ? O ! Ce n’est pas que le personnage soit si brillant que cela, mais il se trouve que c’est un militant fidèle et que c’est à ce titre qu’il nous intéresse. Il se trouve que ce cadre du FN est tout à fait dans la ligne de notre collectif. On pourrait même croire qu’il en est membre, ce que nous démentons à l’avance.

Plus sérieusement, Philippe de Beauregard est une sorte de symbole étalon de ce qui nous est arrivé à tous. A cet égard, son exemple vaut tous les discours du monde.

Philippe de Beauregard est héritier d’une des plus prestigieuses familles d’Hyères-les-Palmiers (Var). Il adhère très jeune au FN et en devient un cadre incontournable sur le Var. Adjoint à la mairie de Jean Marie Le Chevalier, il gardera un triste souvenir de cette époque maudite, affirmant : « J’étais le seul membre du FN dans l’entourage du Maire ». Il est très proche de l’héroïne du Front, Eliane de la Brosse, celle qui a fait chuter le système Areckx, ouvrant la porte à la victoire de 1995. Soyons honnêtes. Le Var a toujours été favorable au FN, ce bien avant Le Chevalier. Dès Bernard Mamy, autre héros de la Droite Nationale écoeuré par Jean Marie Le Pen, les scores lepénistes tournent autour de 30 à 45% parfois. Philippe de Beauregard est alors à l’image du FN varois, celui-ci étant lui-même une image miniature du FN national : Patriote dans l’âme, nationaliste pour l’attachement aux luttes passées, profondément catholique et un fond monarchiste, car identitaire, comme il se doit, n’en déplaise aux jacobins extrémistes « new look ». (avis aux éternels insatisfaits, nous parlons bien d’Identité, donc de « fond et d’essence monarchiques » et non de royalisme, dont acte).

En conséquence, lors de la scission de 1998, Philippe de Beauregard, comme ses amis, prend normalement fait et cause pour Jean Marie Le Pen, contre les « ethnodifférencialistes, « racistes », jacobins, sans Dieu et extrémistes de droite » (dixit la maison Le Pen, entres autres joyeusetés diffamatoires, parfois en bien pire) du MNR. Après la chute de la maison Le Chevalier, il prend naturellement la tête du FN sur le Var. Viscéralement social, il installera la nouvelle permanence du Front dans un quartier populaire. Il sera un des plus fidèles soutiens de Lang et Gollnisch dans la lutte contre le MNR et pour la restructuration du FN en PACA.

2003. Le Pen commence à imposer sa fille, pourtant très médiocrement « élue » au Comité Central du Mouvement. Celle-ci débute son travail de sape. De Beauregard commence à s’en inquiéter et le fait savoir officiellement.

2005. Crise au FN. Le Pen écarte Jacques Bompard et Marie France Stirbois. Bernard Antony démissionne du Bureau Politique en signe de solidarité avec ses amis (il se fera exclure en cachette et sans pouvoir se défendre par Le Pen). Carl Lang et Bruno Gollnisch refusent de donner les pleins pouvoirs à JMLP pour exclure Bompard. (voir nos articles sur les 500 parrainages et sur l’état réel du FN) Tout ce petit monde le paiera très cher d’une manière ou d’une autre. Qu’ont-ils fait à part émettre de simples opinions de bon sens en rapport avec les « folies » de Marine Le Pen et de ses amis ? La question reste évidemment sans réponse. Jacques Bompard trouve refuge au MPF, bientôt suivi par des centaines d’autres. Philippe de Beauregard est exclu de son poste de secrétaire départemental du FN varois pour « proximité idéologique » (SIC) avec celui qui est devenu « le traître Bompard », pourtant co-fondateur du FN en 1972. C’est l’épuration dans tous les sens du terme. A noter que durant toute cette période, de Beauregard restera un allié fidèle de Bruno Gollnisch. Ce dernier aura du mal à avaler qu’on lui demande la tête de son ami…

Que fait Philippe de Beauregard ? Tenez-vous bien, il reste au FN ! Il est pourtant juriste territorial sur Orange, ce qui aurait du faire de lui un allié immédiat du maire de la ville au sein du MPF, mais non, Philippe de Beauregard a décidé de choisir une autre voie : Lutter de l’intérieur. Il pense que c’est plus payant que d’aller chez le vicomte…

Il s’organise donc en conséquence pour « avoir le caleçon propre ». Il quitte évidemment la permanence du FN sur Toulon et se réfugie dans la sienne, celle de « Faire Front Hyères » dans la ville du même nom. Il décide de rester dans le groupe FN du conseil régional et de « voter sur ordre » en obéissant aux consignes. Il décide également de signer tous ses documents de son seul nom, ne voulant engager en rien le FN par ses prises de position, positions pourtant toutes marquées du sceau du FN historique. Il veut montrer par la qu’il est un homme droit, un homme de parole, un homme d’honneur.

Il s’en passe des choses au sein de notre mouvance, à commencer bien sur par le FN, en 2005. La crise n’est que la partie visible de l’iceberg, dont la pointe sera la mise à l’écart du secrétariat général de Carl Lang au profit d’un zélé zélote, Louis Aliot. En 2005, ce sont les propositions de Jean Claude Martinez, qui ne veut plus se cacher. Il aimerait tant débaptiser le « parti » pour lui donner l’appellation de « Front Transnational ». Il affirme partout que « le Front National et Jean Marie Le Pen doivent tenir compte des syndicats et les ménager car ils font partie des grands mythes de l’histoire sociale ». Il réitère en indiquant que le FN doit se chercher de nouveaux alliés à gauche. Il suit Marine Le Pen qui déclare (indignant tous les cadres du mouvement) « qu’elle est terriblement choquée par la discrimination dont sont victimes les jeunes issus de l’immigration, jeunes qui sont avant tout des français » !

C’en est trop pour certains. Non que les idées exprimées heurtent autant que cela, mais ce sont la manière, la forme et les procédés utilisés. En effet, d’aucun considère que les préoccupations du clan « Marine Le Pen » sont assez lointaines de celles de nos compatriotes et en conséquence du Mouvement National. Surtout, c’est la poursuite d’une longue litanie d’abandons et de mises en avant d’idées fausses pour beaucoup qui trouble les esprits les plus patriotes. Christian Baeckeroot, membre du Bureau Politique, ex fidèle de Jean Pierre Stirbois monte au créneau. Il décide d’envoyer à tous les dirigeants du FN une « synthèse des dérives du Front National depuis 2002 ». Philippe de Beauregard, libre de ses mouvements, (du moins le croit-il) soutient totalement Baeckeroot et critique vertement Marine Le Pen et son clan en rappelant « la discrimination dont sont victimes les Français chez eux » ! Ce simple rappel de l’utilité même du Front National lui vaudra les foudres de Jean Marie Le Pen.

Surtout, ce qui est de moins en moins toléré par les militants historiques du Front, c’est la manière dont sont traités toutes celles et tous ceux qui osent émettre la moindre critique. Ainsi, les nouveaux venus faisant allégeance à Marine peuvent dire n’importe quoi, tout et son contraire, mais les autres, qui ont tout donné pendant deux ou trois décennies, doivent « la fermer » sous peine d’exclusion voire d’excommunication. Les partants sont systématiquement traînés dans la boue, Jean Marie Le Pen envoyant son service de presse faire la sale besogne. Ainsi, à chaque départ, un communiqué stalinien du clan Le Pen, pardon du « pôle de communication », annonce en gros que c’est mieux comme cela et que le FN se sépare des mauvaises branches devenus encombrantes. Voila comment sont remerciés ceux qui ont tout donné. Bravo, Merci et Chapeau bas ! Le PCF de la belle époque n’aurait pas mieux fait. On oublie juste le qualificatif de « vipère lubrique ».

Mais Philippe de Beauregard, à l’instar de beaucoup de membres de notre collectif, y croit encore. Ce n’est pas possible, à l’approche de la présidentielle Jean Marie Le Pen va réagir, remettre de l’ordre et réunir tout le monde sous sa bannière. Alors, il refuse de nouveau les appels du pied du MPF, y compris sous la forme d’un simple geste en faveur du Comité de Soutien à Philippe de Villiers. FN il est, FN il restera. Mordicus, il y croira toute l’année 2006, comme nous on vous dit !

Que fera Le Pen ? Va-t-il répondre aux multiples messages et mises en garde de M de Beauregard ? Va-t-il écouter ne serait-ce qu’un conseil ? Va-t-il le recevoir ? Non, non et non, Jean Marie Le Pen ne lui répondra même pas par un coup de téléphone, pas même un courriel en forme de réponse de courtoisie, rien du tout, le silence, le néant, le mépris fait homme. De quoi décourager le plus volontaire. Mais Jean Marie Le Pen n’en restera pas là. Il veut la tête de Philippe de Beauregard. Commence alors le harcèlement permanent. La « propaganda schtaffel » du paquebot se met en branle. Il faut à tout prix clarifier les choses en faisant passer de Beauregard dans le camp du MPF. Alors tous les moyens sont bons et les patentés de la Lepénie claironnent partout que « PDB » est passé chez « PDV », que les deux « Philippe de » se sont alliés. On entonne gaiement le « ça ira ! » et les aristos n’ont qu’à bien se tenir, ils serviront d’exemple à ne pas suivre à la « populace ». Vieille rengaine dont les Français ont montré à différentes occasions qu’ils n’en voulaient plus, eux qui aspirent à l’entente nationale depuis trop longtemps…

Mais rien n’y fait, Philippe de Beauregard entend bien mener la lutte de l’intérieur.

Automne 2006. Las d’essayer de faire chuter de Beauregard, Jean Marie Le Pen exige l’exclusion sine die de celui qu’il appelle dans la presse « le renégat », comme tous les autres évidemment. Bruno Gollnisch, à contre cœur, prononce l’exclusion de son ami en catimini.

Que fait Philippe de Beauregard ? Nous vous le donnons en mille : Il refuse d’adhérer au MPF. L’honneur toujours l’honneur… Il siège dorénavant chez les non inscrits au Conseil Régional de PACA. Il reçoit alors une bordée d’injures, de menaces, d’intimidations et de tentatives de déstabilisation inimaginables de la part d'anonymes se réclamant pourtant "du paquebot". Il répond ceci dans le journal « Présent », qui a le courage et la droiture de le publier :

« Je conteste fortement le qualificatif de « renégat du Front national » qui a été employé me concernant. En effet, je n’ai pas démissionné du Front national, mais j’en ai été exclu
après avoir émis des critiques positives sur le fonctionnement de ce parti. En particulier je m’étais étonné de certaines déclarations émanant de la direction du FN, comme la proposition inapplicable et démagogique de mettre en place un RMI mondial (entres autres reniements). Or, ces derniers temps, l’entourage de Jean-Marie Le Pen s’est lancé dans une vaste purge de tous les contestataires.
En outre, je tiens à préciser qu’à ce jour je ne suis pas adhérent du MPF, même si l’évolution actuelle de Philippe de Villiers sur l’immigration ou la rupture avec le Système me séduit. Philippe de Villiers a beaucoup de courage : à l’heure où Voltaire et Mozart, sont déprogrammés, où un professeur de philosophie est menacé de mort, où de simples caricatures déclenchent des émeutes, où le Pape lui-même est vilipendé, Villiers est le candidat à l’élection présidentielle qui alerte avec le plus de force les Français sur les progrès de l’islamisme, facteur de terrorisme. »…

Fin 2006. Au moment ou nous mettons en place notre collectif, Philippe de Beauregard tente, comme nous tous, une ultime tentative en direction du paquebot. Il se fait éconduire de façon grossière.

Fin janvier 2007, Philippe de Beauregard décide de soutenir la candidature de Philippe de Villiers, sans toutefois entrer au MPF. Il annonce que, plus que jamais, il prendra la tête d’une liste d’Union des Patriotes aux élections municipales d’Hyères en 2008. Les menaces du clan de nuisibles autour de Jean Marie Le Pen glissent sur cet homme, unioniste au-delà du raisonnable, presque de l’humain pourrions nous dire. Il n’aura donc craqué qu’à moitié, mais gageons, sans l’ombre d’un doute, que certains feront tout ce qui est en leur pouvoir pour l’aider à faire l’autre moitié du chemin. Ils en ont la « compétence » !

En deux ans, de début 2005 à fin 2006, combien de cadres de toujours de la Droite Nationale aura désespéré le petit comité de destructeurs qui gravitent depuis autour de Jean Marie Le Pen ? Combien ? En deux ans la « machine à trahir nos idées » aura fonctionné à plein, transformant comme par sorcellerie et systématiquement, des fidèles parmi les fidèles en déçus du Lepénisme, puis en opposés.

Nous n’avons pas fait le choix de Philippe de Beauregard et de tant d’autres, et nous ne le ferons pas, mais le cheminement est exactement le même, et les procédés utilisés sont de la même fabrique.

Dans un communiqué relativement récent publié par « Novopress », un opposant à Marine Le Pen et à ses amis affirmait : « Certains ont le talent pour désespérer leur propre camp ». Nous n’avons rien à ajouter à cette vérité cinglante et définitive !

Jean Marie Le Pen affirme souvent qu’on « récolte ce qu’on a semé ». Nous en acceptons l’augure. Rendez-vous le 22 avril pour la sanction, pardon la récolte…



LE 22 AVRIL 2007

PLUS QUE JAMAIS PAS UNE VOIX PATRIOTE POUR LE PEN ! ! !

AUCUN DE CEUX QUI SE PRESENTENT

ABSTENTION NATIONALE ! ! !

UNION DES PATRIOTES CONTRE LE PEN


(Toutes les infos :
http://Lesnationalistescontrelepen.blogspot.com )

16 commentaires:

Monique a dit…

Effectivement, l'exemple de M Beauregard est effarant, c'est l'exemple jusqu'à l'absurde de la folie destructrice de certains.
Il nous faut plus que jamais penser à l'avenir et réunir tout le monde sans exception dans le futur mouvement national.
Une idée, pourquoi ne pas réunir TOUS les mouvements hors FN, à commencer par le MNR (mais avec tous les autres!) + Carl Lang, Bruno Gollnisch, Bernard Antony, Christian Baeckeroot, etc, le tout dans une nouvelle structure à direction collégiale qu'on appelerait "UNION DES PATRIOTES" "UP" ?
Je suis bien certaine que cela ferait revenir tous les anciens, tous les égarés au MPF et ailleurs + quantité de nouvelles vocations.
Ce serait un nouveau départ, sur des bases solides, autour du trio "Lang Gollnisch Mégret" très complémentaire à mon sens.
Trop beau peut être? Essayons, moi je pense que c'est possible et que ce serait même magnifique!

mélanie a dit…

Le plus impotant est que nous sommes toujours vivants. Nous n'avons pas faibli. Amers, déçus, c'est certain. Mais bien en vie et pas à la veille de mourrir n'en déplaise à beaucoup
Dans le coeur de beaucoup il y a toujours le chants des lansquenets.
Mélanie

Anonyme a dit…

Le triste exemple de philippe de beauregard est édifiant pour tous et suffisemment clair il me semble.
Bravo à mélanie pour la référence aux lansquenets qu'on entend plus guère sur radio fn.
vivement demain

Arnaud a dit…

Bravo pour cet article de grande qualité et vrai, mais à mon sens vous passez à côté du vrai problème pour cette présidentielle. La vraie trahison de Le Pen c'est sur l'islamisme, pas autre chose. La personnalisation extrême de la présidentielle fait que ce qui touchaient les citoyens il y a quelques temps, et qui les touchera de nouveau quelques semaines après (plus dure sera la chute) passe au second plan par rapport à tel ou tel candidat et à son capital confiance, mais le fond du problême reste le même. Nous devons faire face au danger islamiste et face à ce péril, Le Pen baisse les bras et se met à déconner, il n'y a pas d'autre mot. Il est pour la construction de mosquées, pour la voile en public, il dit que l'islam est compatible avec nos valeurs, etc, et il ne dit rien sur le fait que notre religion est interdite dans 99% des pays musulmans, en fait il est devenu complètement fou sur ce terrain la. Ce qui me met en colère, c'est que de par son attitude suicidaire vis à vis de son peuple et de sa patrie, le pen, qui est marqué du sceau de patriote de par son passé, accrédite l'idée (idée qui fait son chemin) que finalement on s'accomoderait très bien d'un avenir islamique en France.
Elle est avant tout là la trahison de Le Pen père et fille et pas ailleurs! Et Villiers a tort de critiquer sans cesse la bombe atomique iranienne car le gros soucis, la menace, elle est chez nous et pas en Iran. Qu'on leut foute la paix là bas, mais qu'on nous laisse être nous mêmes chez nous, qu'on nous laisse notre terre et notre civilisation, on ne demande pas autre chose.
Le Pen est fou je le dis et je le redis, mais villiers ne m'a pas donné des garanties suffisantes pour que je vote pour lui.
A lui de faire plus ou à Le pen de se rétracter et vite, autrement ils ne méritent pas nos voix.
De toute façon on verra bien demain qui est encore debout pour lutter.
Et peu importe que ce soit mégret ou un autre qui prenne la suite du moment qu'il porte la flamme de l'espérance et les valeurs de notre civilisation. On en a marre du "look" et de la forme, on veut du fond et du concret.

Mélanie a dit…

je reviens encore et veuillez m'en excuser mais ce que je perçois dans les reniements, et les trahisons,les purges de Le Pen et cie c'est le rejet de nos valeurs, de ce qui a fait petit à petit la France. Le Pen dit ou fait dire chez les médias : "les patriotes les identitaires, les gens attachés à leur région sont de la M..., Ils sont ringards, hors de la société, du temps. Ils font des fixettes sur leur religion leur coutûmes leur attachement à la terre de France Ils sont des perdants, des gens dont on peut se moquer que l'on peut écraser : voyez même moi je le fais" Il ne fait pas que nous renier il renie sa terre, ses propres ancêtres.
Ca c'est pour les médias, et pour les "sous emprise" il fait son discours de Lille. C'est pour le sort subit par les gens bien, honnêtes,purs que je ne peux voter pour lui. Je ne veux et ne peux pas trahir.

Anonyme a dit…

Tout ce que j'espère c'est que tout le monde sera "sur le pont" pour l'après quand on sera enfin redescendu sur terre.
On verra alors les vrais, ceux qui n'étaient pas la que par la vogue "jean marie".

Collectif "Sauvons nos idées" a dit…

A lire (pour ceux que ça ne rebute pas) le "texte" de soral sur le communautarisme sur novopress.
C'est un charlatan et un grossiste de l'intelligence, mais il est dangereux car les esprits faibles et non formés peuvent gober ces légos idéologiques nauséabonds.
Nous reviendrons certainement détailler l'arnaque soral, notamment sur sa vision de la nation. Pour ceux qui savant, aller jeter un oeil, comme dirait nos grands mères, c'est le ponpon!

Anonyme a dit…

bizarre toute cette agitation à quelques semaines du premier tour. C'est pour servir qui et quoi ?

Collectif "Sauvons nos idées" a dit…

Cher anonyme,

de quelle agitation parlez-vous? Nous relatons trahisons et reniements avérés et nous ne nous agitons pas car nous savons que seuls ceux qui savent pourront comprendre, aussi si le site ne vous convient pas, vous en avez quelques millions d'autres.
- Si le cas de ce M De Beauregard ne vous a pas ému (politiquement bien sur), c'est à n'y rien comprendre.
- si vous nous avez bien lu entièrement, c'est à désespérer et que vous refusez de voir.
- enfin, allez jeter un oeil sur la reprise du discours de soral sur novopress et si la lecture marxiste sous forme du panagérique prosélyte ne vous a pas choqué, alors c'est que tout va pour le mieux pour vous. Pas pour nous!
Tous les jours JMLP va plus loin et il est devenu complètement fou. Oser faire disserter un soral sur le sens marxiste de l'histoire des nations au sein même du FN et devant des jeunes en formation, c'est criminel: Barrès, Peguy, Maurras , Daudet, Sorel, Drieu, La Tour du Pin, Rebatet, Brasillach, et même renan voire malraux doivent s'en retourner dans leurs tombes.
Ce n'est plus de la trahison à ce niveau là, c'est de la folie pure.
Voter pour le pen? Approuvez toutes les trahisons? Nous salierions nos mains.
Aujourd'hui encore, lors d'une interview, (dans la Provence d'aujourd'hui avant son meeting salle vallier), le Pen a pêté les plombs en affirmant à propos des sondages qui le minoraient: "c'est évident, mes électeurs ne sont pas devenus courageux depuis 2002, ça se saurait". Après avoir dit que les "marginaux voteraient tous pour moi, pour qui d'autres voulez vous qu'il le fasse". Après avoir donné comme réponse à un journaliste qui lui demandait s'il aurait un geste de remerciement vis à vis des militants de terrains se sacrifiant pour lui, cette sentence: "ces gens là seront largement remercié si je suis élu", voila que Le Pen récidive dans le mépris envers les siens.
Il faut bien avouer que le bilan du FN, c'est moins de 12.000 adhérents, aussi "bien" que les verts. A force de semer le vent on récolte la tempête.
Merci

Collectif "Sauvons nos idées" a dit…

Nous remercions un anonyme nous signalant deux fautes d'orthographe. Nous sommes trois bénévoles au secrétariat et nous laissons malheureusement passer quelques erreurs. Merci d'être attentifs pour nous.
En ce qui concerne les références à Malraux et à Renan, renseignement pris auprès de l'auteur du commentaire, il s'agissait de mieux stigmatiser le "crime intellectuel" de Soral, car, si ces deux là sont discutables pour nous, ce sont d'authentiques "nationaux républicains" (des références en quelque sorte) chers à Soral, et qui se retourneraient bel et bien dans leurs tombes s'il lisait la définition de la Nation de ce marxiste. Rien d'autre, et ce ne sont pas nos références évidemment.
Merci encore...
Le secrétariat du collectif

Jean Marc a dit…

Votre site est un exemple à suivre. En tant que cadre en rupture de banc avec le FN à cause des dérives innacceptables que tout le monde connait, je vous suit en tout point. Cependant, il ne faut pas se laisser tenter par de villiers.
pourquoi? en plus de toutes les raisons que vous invoquez fort à propos, de villiers ne me parait pas être de confiance. S'il était élu (il en est loin) ferait-il ce qu'il a promis. J'ai quand même des doutes. Pour moi il n'a pas donné de signal puissant comme quoi il était libres des lobbies et c'est entre autre la raison pour laquelle je ne voterai pas pour lui.
Le Pen? Qu'il aille au diable vauvert, il n'aura plus jamais ma voix et quand à sa fille, je lui souhaite une longue carrière ... à l'UMP, elle y sera à l'aise.

Patriote44 a dit…

Formidable, c'est le succès pour vous toutes et tous.
Je fais suite à l'email que je viens de vous envoyer.
Ce site (à mourir de rire, uniquement rempli de vide comme les autres) au quasi même design que vous est en fait terrible, car il met en avant des gens comme vial et antony. Or, les militants vont aller voir sur les sites de ces gens là et que vont ils voir?
Que quantité d'amis d'antony vont voter villiers et que vial ne soutient que la section FN de villeurbane. De plus si Vial à appeler à voter le pen à titre très personnel, l'intégralité de ses articles donnent envie de voter tout sauf le pen! Ah Ah Ah!
De toute façon il suffit de voir la g---- que tire carl à chaque interview pour se douter que ça va très mal.
A propos, j'ai oublié de vous dire par email que le nombre d'adhérents du Front est passé sous la barre des 12.000. une vraie cata. Même les adhésions par internet ça marche pas. A titre de comparaison, le FN avait 80.000 adhérents à la mort de Stirbois (il y aura 19 ans cette année tout de même), il en avait 42.000 lors de la scission de 1998, puis 15.000 après le départ des mégrétistes, (16.000 partis avec mégret le reste dans la nature tous écoeurés), il remonte à 20.000 en 2002, mais après les purges de 2005/2006, le voila retombé à 12.000 et 4.000 adhérents n'auraient pas le désir de prolonger...
A titre de comparaison, le front est aujourd'hui à des années lumières d'un parti de gouvernement, il est en fait tout juste au niveau des verts.
Grandeur et décadence, mais comme vous l'avez justement dit, on récolte ce qu'on a semé. Et ce n'est sans doute pas terminé, car, au rythme ou ça va, Le Pen va sûrement finir son parcours en laissant le FN sous la barre des 5.000 adhérents, barre symbolique. Il faut remonter à 1982. En 26 ans, le pen aura tourner en rond bouclant la boucle d'une bien piètre manière. Ce n'est que de son fait.
Kenavo

Korentin a dit…

Pour info, Beauregard à été contacté par Gollnisch pour avoir sa signature, ce qui est relativement gonflé de la part de Bruno qui avait promis de mettre sa démission dans la balance (une fois de plus...) si Le Pen sanctionnait Philippe, et qui ne l'a évidemment pas fait!

Les natios du FN n'ont même plus une once de fierté, comment Bruno a t il osé laisser tomber (une fois de plus...) un camarade, et avoir le ventre de venir le voir maintenant qu'on a peut être besoin de lui!!!???


La seule chose qui me rassure, c'est qu'à l'heure où nous parlons, le vieux n'a pas ses signatures!

Alors Bruno, Papy va t il aussi te demander d'appeler Bompard et Bignon, ses "petits Maires" tant dédaignés!?

Plus personne n'a de ventre dans ce mouvement, plus de fierté, plus rien!

Le Pen aura réussit à pourrir idées et mentalités!

Quelle belle réussite, Bravo Président!

Mélanie a dit…

Essayons de nous projeter dans le futur. Je crains que nous vivions ce que nous avons vécu fin 98 que Le Pen soit au deuxième tour ou pas. Il est évident que c'est Marine qui reprendra le flambeau. Si Gollnisch ou Lang font un geste en voulant reconstruire autre chose, ils auront la même étiquette que Mégret : des traitres, des salauds, et ceux qui les suivront auront la même étiquette. Il nous suffit de l'exemple de monsieur de Beauregard. Mais il faut le savoir. Et surtout s'y préparer. Les médias le diront haut et fort : en face de Le Pen ou de Marine il n'y a que des gens d'exxxxxxxxxxxxtrême droite nazi et compagnie. Vous ne devez pas compter sur une prochaine réconciliation avec la famille ou le voisin. Un fois de plus ce sera fichu. Il n'y aura pas plus infréquentable que vous. Et nous devrons nous serrer les coudes.

franc-sparte a dit…

Critiquer c'est bien ,reconstruire c'est mieux. J'attends les propositions .....

Collectif "Sauvons nos idées" a dit…

Réponse à Franc Sparte.

C'est ce que nous faisons depuis le début.

Nous appelons de tous nos voeux à une union sacré autour du trio Lang Gollnisch Mégret + tous les autres, absolument tout le monde, identitaires compris, (très curieusement absents à Lyon, cela dérange surement Soral), seule manière de faire revenir les plus de 100.000 bonnes volontés dans la nature et en faire venir de nouvelles!
En avant!!!