samedi 3 février 2007

CARL LANG

CARL LANG

A tous ceux qui pourraient afficher leur mauvaise foi la plus totale en pensant que nous sabotons la campagne de Le Pen, nous leur disons « faites vous votre opinion » et dites nous après avoir tout lu, tout entendu et tout analyser si nous avons tord. Nous avons attendu le tout dernier moment avant de nous décider de nous mettre en action pour cette campagne « anti Le Pen », certes inédite et troublante, mais nous ne pouvions pas rester les bras croisés sans rien dire tandis que notre idéal était assassiné ! Prenons l’exemple au combien symbolique et emblématique de Carl Lang. Celles et ceux qui ne le connaissent pas (et ne l’apprécient pas) ne peuvent que se recruter chez les aveugles volontaires ou chez nos ennemis. Premier chef réel du FNJ, après l’ébauche de Jean François Jalkh, il fut un instructeur merveilleux, alliant des cours de « close combat » aux techniques médiatiques les plus pointues, en passant par l’art de la réplique et de la rhétorique la plus fine. Ce militant nationaliste hors pair est de ceux qui ne transige ni sur l’action, ni sur l’organisation, ni sur la sagesse. Il a sut aider à l’émergence d’une catégorie de cadres politiques authentiquement nationalistes, à la fois dans la ferme volonté de ne céder sur rien, mais également dans le respect d’une tenue irréprochable hors de tout folklore et de toutes nostalgies stériles qui pouvaient polluer nos milieux. Bref, l’exemplarité de Carl Lang n’est plus à démontrer. Bombardé très jeune numéro deux du FN fin 1988 après le tragique décès de Jean Pierre Stirbois, il fut un admirable Secrétaire Général du Front National durant 14 ans, en deux fois. Organisateur et orateur dans l’âme, il ne cessa de progresser, au point qu’il faut l’unanimité. Nous avons tous pu admirer son sens de la répartie, son calme olympien de même que sa fougue et sa ferveur, dans tous les débats télévisés auxquels il a participé. Tous les authentiques nationalistes s’en souviennent, de son brillantissime passage à l’émission spéciale de Guillaume Durant il y a quelques années, « Faut-il dialoguer avec le Front National ? », à ses interventions lors de la soirée du 29 mai 2005, en passant par ses débats toujours gagnés quelque soit l’adversaire.

Or que s’est-il passé avec Carl Lang ? Que continue t-il de se passer avec ce véritable héros de la cause nationale ? Il fut purement et simplement débarqué de son poste de Secrétaire Général, (et remplacé par le calamiteux Louis Alliot), pour avoir soutenu Jacques Bompard, mais surtout Marie France Stirbois et Bernard Antony, et tenu tête à Jean Marie Le Pen. Pourtant, même si tout le monde s’est tu jusqu’à maintenant, tout le monde connaît le mal que JMLP a fait à Marie France avant que celle-ci ne décède, tout le monde au Front National sait l’humiliation que JMLP a fait subir à elle comme à Jacques Bompard, (co fondateur du FN en 1972, faut-il le rappeler), tout le monde sait que si Bernard Antony en est arrivé à partir, c’est que la crise est grave, car personne ne peut mettre en doute la fidélité d’Antony à nos idées. Affirmer le contraire serait une pitrerie sans nom. Résultat ? Carl Lang est presque totalement exclu de la campagne Présidentielle ! Jusqu’ou va-t-on descendre et laisser le FN se ruiner ? Ce sont nos adversaires et ennemis qui doivent se réjouir. Aujourd’hui, les Le Pen (père et fille) reprochent à Carl de vouloir organiser une conférence de presse commune avec Bruno Mégret. Ils lui reprochent de vouloir qu’il y ait plus d’intégration et d’actions communes au sein de l’Union Patriotique. Est-ce un mal ? NON, car, contrairement à ce qu’affirme sans honte Marine Le Pen, 80% des adhérents du FN y sont favorables et 80% de ses dirigeants aussi ! C’est cela la réalité et pas autre chose. Pourquoi ? UN, parce que tout le monde sait que si Bruno Mégret a pu « trahir » à un moment la cause, ce fut uniquement pour des raisons de divergence stratégique, et non de manière idéologique comme le fait Marine Le Pen en totale impunité et avec la bénédiction de son père. Nous nous souvenons que pour des propos cent fois moindres par rapports à Marine Le Pen, de braves militants furent exclus du Mouvement. DEUX, par pragmatisme, car les vrais militants savent que l’Union fait la force. TROIS, parce que maintenant que l’Union est lancée, désespérer ceux qui la font c’est ajouter à la cacophonie et au désordre de cette campagne déjà bien sabotée par Marine Le Pen et ses sbires.
Nous rappelons également que s’il y en a un qui a le droit de parler, c’est bien Carl Lang, car il fut l’un des principaux sauveurs du Front National lors de la crise de 1998. Si Carl, qui a combattu Mégret par tous les moyens entre 1998 et maintenant, se dit partisan d’un rapprochement avec ce dernier, c’est bien qu’il pense que c’est positif, c’est bien qu’il pense que c’est important et il a surtout le droit le plus absolu d’en parler. Si Carl n’était pas resté fidèle à Jean Marie Le Pen en 1998, (Comme Bompard, Antony, [aujourd’hui hors du FN], MF Stirbois, [décédée] et Gollnisch, [aujourd’hui mis sur la touche et exclu des médias comme Carl]), c’en était fini de Jean Marie Le Pen. Il nous semble tout de même étrange que Marine Le Pen et ses sbires osent affirmer le mensonge absolu qu’un Mégret trop visible auprès du FN gêneraient certains militants du Front, alors que ce sont tous les héros de la lutte contre Mégret qui approuvent une intégration plus visible de la campagne de ce même Mégret. Si certains devaient être dérangés par Mégret, ce devrait être les héros de la lutte anti Mégret, or c’est tout le contraire. De qui se moque t-on ?

Nous passons encore une fois pour des rigolos dans la classe politique, auprès de nos propres troupes et auprès des électeurs. Ce n’est guère sérieux. L’Union Patriotique est un fiasco, ne nous voilons pas la face. Pas de structure pour celle-ci, pas d’association, pas de siège, pas de numéro de téléphone, pas de site Internet et pas même un vulgaire email. Rendez-vous compte qu’il n’y a même pas de Comité de soutien. Rien ! C’est le néant le plus complet ! En fait, tout le monde sait que sans Mégret, il n’y aurait pas d’Union et nous devons saluer son geste même si pour nous ça ne changera rien, ça ne servira à rien, ça ne conduira à rien tant il est définitivement trop tard ! Des dizaines de militants du Front National sont harcelés de coups de téléphone de sympathisants qui demandent des renseignements sur l’Union, ils ne peuvent rien répondre. Ces gens demandent pourtant des informations de base. Y a-t-il un siège ? Qui peut-on contacter ? Ou envoyer les dons ? Qui en fait partie ? Imaginez un peu que l’on ne peut même pas répondre à ces personnes de bonne volonté qui fait partie de l’Union ! Quand on demande au clan de Marine Le Pen, on nous répond que c’est impossible à dire, que c’est secret. Ca fait sérieux ! En fait tout le monde sait que l’Union c’est entre le FN et le MNR, point barre. Le Parti Populiste, (dont Le Pen oublie le nom à chaque fois qu’il veut le citer), a rallié Le Pen très tôt sans rien demander et sans rien apporter. Il est vrai que contrairement à Mégret et au MNR, le « PP » ne pèse rien. Mégret, qu’on le veuille ou non, a réussi l’exploit de maintenir son navire à flot, et le MNR pèse presque autant que le FN, au point de vue militant, dans bien des départements. Surtout, Le Pen, en plus de quelques signatures de Maires, sait très bien que l’élection risque de se jouer à 0,5% près et ne peux donc prendre le risque de ne pas être dans les bonnes grâces du MNR. Mais pour en revenir à l’Union Patriotique, les militants du FN ne peuvent pas la matérialiser de quelque façon que ce soit auprès de nos sympathisants. Imaginez un peu que nos sympathisants ne peuvent même pas recueillir de fonds pour cette Union. A ces questions, le clan « Marine » répond que « L’Union est une structure virtuelle, comme la « gauche plurielle », et qu’elle n’a donc pas à être matérialiser de quelque manière que ce soit ». Nous rétorquons bien évidemment que c’est archi faux et que ces explications sont bidons. Nous en voulons pour preuve qu’en 1985, (dire que Marine prétend avoir modernisé le FN c’est à mourir de rire), oui en 1985, nous avions fait le « Rassemblement National » pour les élections législatives et régionales de 1986. Or, pour ce rassemblement, autre « structure virtuelle » comme dirait Marine et ses vassaux, nous avions un Comité de Soutien, nous pouvions y recevoir des dons, toutes les formations et personnalités étaient clairement identifiés, (FN avec JM Le Pen et JP Stirbois – CNIP avec Philippe Malaud et PS Roux – Les CAR (Comités d’actions républicaines) avec Claude Baudain – CIDUNATI avec Gérard Nicoud – Coordination Rurale avec Alexis Arrete Landresse + quelques monarchistes), surtout nous étions réellement unis, tous les leaders étaient à la même Tribune et les logos de tous étaient sur toutes les affiches. Marine Le Pen a beau parler de la « Gauche Plurielle », chez eux, tout le monde est à la Tribune et les logos de tous les partis sont sur les affiches ! Même actuellement Ségolène Royal accueille à chaque meeting les Chevènement, Taubira et compagnie, et les logos de toutes les formations sont sur les affiches. On en est arrivé à un tel point que la direction du FN dit n’importe quoi à ses militants allant même jusqu’à leur mentir ! NON, cette Union n’est pas sérieuse, car elle n’est pas sincère et est conduite, côté FN, par des incompétents. Nous le regrettons, nous en sommes affligés, mais c’est ainsi et pas autrement.

Pour en revenir à Carl Lang, si vous n’êtes pas convaincu de ce que nous vous disons, faites un petit test qui vous en dira plus long que tous les discours, en tenant compte du poids historique de Carl Lang pour les nationalistes et en le mettant en parallèle avec d’autres formations que le FN. Allez sur le site « google news », le plus important site d’informations et de communiqués en temps réel sur Internet et tapez (entre guillemets pour avoir l’expression exacte) le nom de Carl Lang. Ainsi pour la date du 3 février 2007, nous obtenons 6 réponses, 6 ! Sur les 6, 2 sont anciennes, 3 négatives (Carl Lang humilié par Marine Le Pen ou son père) et une seule est positive. INIMAGINABLE ! Et si vous tapez « Marine Le Pen », vous obtiendrez 280 réponses. Précisons que ce site ne répertorie que les infos du mois en cours. Amusez vous à taper tous les noms qui vous passent par la tête et vous serez édifiés. Si vous chercher les infos pour le numéro 180 du PS, vous aurez plus de résultats que pour Carl Lang.

Plus que jamais, il ne faut pas que Le Pen soit au second tour pour l’avenir de nos idées. Autrement, il sera trop tard et le clan Marine détruira le FN et ruinera notre idéal pour des décennies. Analysez et réfléchissez, vous en arriverez à la même conclusion que nous !

Nous vous donnons copie de quelques informations passées dans la presse au sujet du traitement réservé à Carl Lang !



Pris dans une polémique au sein de son parti sur la place à accorder à Bruno Mégret, président du Mouvement national républicain (MNR), dans sa campagne pour l'élection présidentielle, Jean-Marie Le Pen a tranché : " Chaque organisation soutenant ma candidature dans le cadre de l'Union patriotique (la structure de rassemblement créée à cet effet) fera campagne chacune de son côté, parallèlement au Front national", déclare-t-il au Monde.
"AU COUP PAR COUP"
La règle ainsi énoncée pourra souffrir "d'exceptions", mais le président du FN se réserve le droit de les fixer "au coup par coup". Il ne souhaite pas en faire pour la convention présidentielle prévue, fin février, à Lille (Nord) : "Personne ne sera invité, ni à participer, ni à monter sur la tribune", précise-t-il. De même, M. Le Pen ne "voit pas de raison" d'inviter M. Mégret au "banquet patriotique" qu'il doit présider, samedi 27 janvier, à Yvetot (Seine-Maritime). Ce alors que le président du MNR avait fait savoir au Monde qu'il pourrait s'y rendre. Enfin, M. Le Pen "ne trouve pas "convénient"" le projet de Carl Lang, vice-président du FN, d'organiser "a minima" une conférence de presse avec M. Mégret, début février, dans le Pas-de-Calais.
Ces décisions devraient satisfaire Marine Le Pen, la directrice stratégique du FN, qui ne souhaitait pas que M. Mégret soit présent à Lille et voit "plus d'inconvénients que d'avantages" à faire campagne commune (Le Monde du 16 janvier).
"Ces décisions sont contraires à la stratégie voulue par M. Le Pen en créant l'Union des patriotes, mais j'ai bien compris qu'il y avait au FN un courant mené par Marine Le Pen et Louis Aliot pour torpiller (cette) Union" a déclaré au Monde M. Mégret.
Christiane Chombeau


Mégret, pas bienvenu dans la campagne du FN
Levée de boucliers chez les frontistes contre le retour en grâce du président du MNR.

La reconnaissance octroyée à Mégret ne fait pas que des heureux au FN. C'est peu dire. Louis Aliot, secrétaire général du mouvement peste : «Cela sème le trouble et la confusion dans l'esprit de nos militants. L'Union patriotique doit être une juxtaposition de forces qui soutiennent Le Pen et non l'inverse», affirme-t-il reprochant à Mégret et au MNR «d'user de l'Union patriotique à des fins personnelles». Proche de Marine Le Pen, Aliot n'a guère apprécié non plus l'annonce unilatérale par le MNR de la constitution d'une liste de l' «Union patriotique» conduite par un représentant du MNR, Gilles Barial et mêlant mégrétistes et frontistes, selon le MNR pour la municipale partielle de Romainville (Seine-Saint-Denis) le 11 février. «Aucun adhérent du FN n'y figure», conteste Louis Aliot. Qui a donc décidé d'envoyer une lettre recommandée au président du MNR pour lui demander de ne plus utiliser cette expression d' «Union patriotique» sans accord préalable de Le Pen. Cette stratégie d'union a toujours rencontré l'opposition conjointe d'Aliot et de Marine Le Pen. Celle-ci considère que ce timide rapprochement «brouille les choses».
Neuf ans après la rupture, Mégret continue à semer le trouble au FN. «L'Union des patriotes est une réalité qui appartient à tous ceux qui en font partie», précise Mégret. «Le MNR est un mouvement indépendant qui n'a pas d'ordres à recevoir de Louis Aliot, toujours opposé à tout. Ce n'est certainement pas lui qui va régenter tout cela», ajoute-t-il. Entre Mégret et le Front, l'union est plus que jamais un combat.
Reste qu’au sein du FN, M Mégret garde la sympathie de plus de 80% des membres et de l’ultra majorité des dirigeants. A l’exception d’une petite dizaine de cadres réunis autour de Marine Le Pen (Louis Alliot, Jean Michel Dubois notamment), Mégret est apprécié dans sa démarche volontaire. Il est même surprenant de constater que ce sont les cadres qui l’ont combattu lors de la crise qui réclament aujourd’hui une plus grande intégration (et participation) du MNR dans l’Union Patriotique. Cependant, personne ne comprend aujourd’hui l’ambiguïté de Jean Marie Le Pen qui à force de souffler le chaud et le froid prend le risque de faire éclater une crise qui couve bel et bien au sein du Front. Les « Nationalistes » attendent avec impatience et inquiétude la Convention de Lille de fin février et certains affirment à demi mot que si « Marine et Jean marie continuent sur cette voie de garage, ça en sera fini des chances de Le Pen d’être au second tour ».
AP

1 commentaire:

Mélanie a dit…

Il est maintenant évident pour beaucoup que Carl Lang est mis dans une sorte de placard. Ses jours au FN comme ceux de Gollnisch sont sans doute comptés.
Curieusement des responsables essaient de l'inviter à des diners débats lui confirme qu'il est d'accord mais plus haut il y a un véto absolument. Ce fut le cas en Normandie. Avant la scission il y venait très souvent. Ce dont nous pouvons être certain c'est que Carl Lang n'a jamais trempé dans les magouilles au sein du FN et c'est pourquoi nous pouvons reconstruire notamment autour de lui. En espérant qu'il soit d'accord. Mais je pense que cet homme d'une grande intelligence ne fera pas faux bond