jeudi 8 février 2007

LE PEN A L’EMISSION « A VOUS DE JUGER » : CETTE FOIS LA MESSE EST DITE…

LE PEN A L’EMISSION « A VOUS DE JUGER » : CETTE FOIS LA MESSE EST DITE…

Sous des allures de matador et avec le déguisement de « dur » qui ne séduira que les gogos, Jean Marie Le Pen a décidemment bien changé et a renié quasiment toutes les idées que nous avons défendues durant des années. Qu’on en juge plutôt :

- Sur le droit du sol par rapport au droit du sang, alors que le rétablissement du « Jus sanguini » et la suppression du « jus soli » était dans le programme du Front National depuis toujours, voila ce que Jean Marie Le Pen a répondu quand Arlette Chabot lui a demandé s’il supprimait le droit du sol s’il était élu. Réponse de M Le Pen : « Ah, la suppression du droit du sol, ce n’est pas le problème, il faut voir, je ne sais pas, il y a plusieurs droits du sol et des aménagements sont possibles ». SIC M Le Pen trahit ses engagements, ses amis, son propre mouvement politique, ses électeurs et il insulte toutes celles et tous ceux qui se sont battus pour lui.

- M Le Pen a affirmé cette phrase subliminale, dans une de ses réponses relatives à la politique d’immigration. « L’intégration par le travail, voila ce en quoi je crois ». HALLUCINANT !
Flash back. 1988. Débat pour le premier tour de l’élection présidentielle.
M Raymond Barre : « Je crois avant tout à l’intégration par le travail. Quand les immigrés travaillent, ils s’intègrent, le reste c’est relève du racisme ».
Réponse de Jean Marie Le Pen : « Je ne crois pas du tout à l’intégration par le travail pour les immigrés, notamment pour les musulmans, car il y a un fossé culturel bien trop grand et des obligations liés à l’Islam qui font que, pour je ne crois pas à l’intégration de ces gens là. De toute façon je ne crois pas en l’intégration mais, parfois, dans l’assimilation, pas par le travail, mais par la volonté du prétendant à démontrer qu’il veut et qu’il a les capacités de se fondre dans la collectivité. De plus je le répète, l’Islam me parait incompatible avec notre modèle de civilisation ». RESIC
Là encore, M Le Pen trahit tout le monde ! Et personne ne dit rien au FN. C’est pourtant clair.

- Sur l’avortement, c’est encore plus clair. Jean Marie Le Pen confirme les dires de sa fille Marine, à savoir que la question de la Loi « Veil Giscard Chirac » sera réglée an toute fin de mandature par voie référendaire. Jean Marie Le Pen revient carrément sur une proposition qui faisait partie du programme du Front National de 1972 à aujourd’hui. Qu’en pensent les catholiques, surtout ceux de tradition ?

- Sur le PACS. Jean Marie Le Pen est carrément pour son maintien. On sombre là dans le ridicule le plus achevé. Ce n’est pas une majorité mais 100% des nationalistes qui exigent sa suppression pure et simple.

- Sur l’Islam, Jean Marie Le Pen fait encore plus fort. Il a déclaré : « Je ne pense pas que l’Islam soit un obstacle à l’intégration des immigrés ». Outre le fait que Jean Marie Le Pen ne sait même plus s’il prône l’assimilation ou l’intégration, (il n’est plus à cela près), en déclarant cela, il va là aussi contre tout ce qui constitue le Front National depuis sa création. M Jean Marie Le Pen a toujours déclaré le contraire, à savoir que « L’Islam était un obstacle pour devenir Français ». Jusqu’ou Le Pen ira-t-il dans ses reniements ?

- Enfin, sur la construction de mosquées, alors que le Le Pen d’avant affirmait, de concert avec nous, que les mosquées n’avaient pas leur place en France et que, selon la propre terminologie de Jean Pierre Stirbois « Nous voulions garder notre France des terroirs et des clochers », Le Pen se déclare aujourd’hui favorable à la construction de mosquées, à la condition que ce ne soit pas avec des fonds publics. En guise de fond, c’est Le Pen qui le touche dans cette énième trahison à nos idées.

Si on ajoute à cela le fait que Jean Marie Le Pen n’a pas dit un mot sur l’Union Patriotique, qu’il n’a pas contredit sa fille sur ses bourdes et ses insultes aux nationalistes identitaires, bref qu’il n’a fait strictement aucun geste pour apaiser la crise qui secoue notre mouvance, la seule conclusion qui s’impose est de tout faire pour lui faire comprendre qu’on ne lui fait plus confiance et qu’il ne nous prendra pas pour des imbéciles. Son aveuglement, ses multiples trahisons et ses reniements ne peuvent que s’expliquer par sa folle ambition d’habiter au Palais de l’Elysée. Pour cela, Jean Marie Le Pen est prêt à tout. Nous ne le laisserons pas faire, car notre idéal passe avant sa petite ambition mesquine. Nous n’aurions jamais pensé que Le Pen tombe si bas. A nous de prendre notre destin en main…

PLUS QUE JAMAIS PAS UNE SEULE VOIX PATRIOTE POUR LE PEN LE 22 AVRIL PROCHAIN ! 100% NATIONALISTES ! 100% CONTRE LE PEN !
LE PEN NOUS TRAHIT DONNONS LUI UNE LECON
!

10 commentaires:

Noël de Marseille a dit…

Et bien moi je vous trouve carrément trop doux avec Le Pen!
J'avais lu vos commentaires avant cette émission et j'ai bien regardé et écouté. Oub la la je suis tombé de haut, de très haut!
Moi j'ai pas besoin de savoir ce qu'il va faire à Lille, ce qu'il pense de Mégret, ce qu'il compte faire de ses collaborateurs, c'est définitif je ne voterai pas pour lui et je vais tout faire pour convaincre mes amis d'en faire autant. Non mais vous avez entendu ce qu'il a dit. Il a dit que les racailles des cités qui nous pourrissent la vie étaient à peine 0,2 à 0,3% des gens habitants en banlieue. OH M LE PEN IL FAUT VOUS REVEILLER NON DE DIEU! Ils sont la majorité et ils sont des milliers, des milliers, oui des milliers et dans les plus de 700 quartiers que nos politiciens appelent des "zones de non droit", et bien ça fait des centaines de milliers. Jean Marie Le Pen est devenu complètement fou à lier! Il nous a tous roulé dans la farine! Maintenant il est encore plus soft que Sarko... Là on nage en plein délire. Et en plus ils les appelent des "trublions" !!!!!!!!
Passe encore qu'il dise pas comme le nain "racailles", mais "trublions" faut pas déconner quand même. Chez nous M Le Pen, on les appele des voyous, des salauds ou des "ramentes". Je vais tout faire pour lutter contre Le Pen maintenant. Il nous a tous trahit. J'ai envie de hurler mon dégoût.
Ca sert à rien de voter. Si Le Pen nous lache pour faire un score, c'est qu'on ira droit à la guerre "civile".

Noël de Marseille a dit…

Pourquoi n'avez vous pas indiqué dans votre article ces propos de Le Pen? C'étaient quand même les plus flagrants de sa trahison dans cette émission non ?

Noël de Marseille a dit…

Dernier message après je ne vous embète plus. J'étais au Front National de 1981 à 1994, j'en suis parti pour des raisons de santé mais j'ai toujours voté Le Pen jusqu'à aujourd'hui. C'est donc la première fois que je ne le ferais pas. Ce que je voulais dire c'est qu'en 1984, Jean Pierre Stirbois s'est fait élire à Dreux avec ce slogan que tout le monde connait: "Nous ne laisserons pas la France s'arabiser"! Voila, c'était juste pour mémoire un petit rappel bienvenu. Maintenant, avec Le Pen, l'Islam a droit de citer dans la France "fille ainée de l'Eglise". Que Le Pen et sa cours aille au Diable et qu'ils soient maudits, je ne veux plus jamais entendre parler de lui...

Marie Claude a dit…

A lire votre article et les commentaires très justes de noël, je suis sidérée. J'ai regardé l'émission hier, et même si j'ai trouvé M Le Pen très combattif, j'ai effectivement très bien senti qu'il trahissait pas mal de ses idées. C'était flagrant qu'il en était même presque géné voire agacé. Bon, oublions l'époque Le Pen et pensons à l'avenir. Je ne crois pas que M Le Pen sera récompensé de ses revirements par les urnes. Il se trompe et ça lui coutera l'élection comme le respect de ses fidèles. C'est idiot de finir comme ça...

joho a dit…

Certes, mais Le Pen avait commencé il y a longtemps. Il n'est d'ailleurs pas vraiment nationaliste, il est…lepeniste. Malgré tout ce n'est pas cette fois qu'il ne faut pas voter Le Pen : il n'y a pas d'autre choix ! Et son recul serait interprèté comme un recul des idées nationalistes. C'est en 2002 qu'il fallait voter Mégret, ce qui aurait permis de rénover notre mouvance sans trahir nos idées. Ouvrons les yeux : en 2002, Le Pen au second tour, cela a été une catastrophe pour les vrais nationalistes, car cela a anihilé toute possibilité de rénovation et propulsé l'insupportable Marine, la "grande traitresse" sur le devant de la scène. C'est vrai on en peut pas faire confiance à Le Pen et sa famille de cuistres. MAIS IL FAUT ENCORE UNE FOIS VOTER POUR EUX car voter blanc c'est donner raisons à nos pires ennemis. Après les élections (et la déconfiture prévisible de l'insupportable Marine) il faudra se mettre au travail pour recréer une vraie force populaire et nationale. Sans eux.

Collectif "Sauvons nos idées" a dit…

On peut choisir l'option que vous prônez. C'était la notre avant. Oui avant quand les choses n'étaient pas tout à fait affirmées au FN. Maintenant, si vous êtes vraiment au fond des choses, vous savez que ce n'est plus possible et que JMLP a choisit sa fille pour lui succéder. D'ailleurs, en privé, Carl Lang a déclaré à un de nos amis: "il faut s'accrocher pour y croire encore". Qui dit que ça ne va pas exploser avant le 22 avril ? Personne ne le sait vraiment tant la situation est dramatique...

Anonyme a dit…

Et d'ailleurs comme ce fut dit à Radio courtoisie encore par le vicomte, ce n'est plus Le pen qui gouverne mais sa fille qui en privé le traite de Ringard sur certains sujets où là il peut plaire aux natios même ceux qui ne l'aiment pas. Le Pen contre le front national dit Bompard, malheureusement parfois cela semble clair. le coup des mosquées qui ne gachent pas le paysage c'est comique. On reproche l'idée de charte républicaine à de Villiers mai concrètement cela pousse à faire un choix et les musulmans qui choisiront leur religion n'auront plus leur place car cette charte contient des valeurs profondément anti-islamique aux yeux des lois coraniques. Voila moi mon choix est fait chacun maintenant votera en son ame et conscience.

Anonyme a dit…

Ouais, la France est fille ainée de l'Eglise comme me l'a martelé un jour une militante MPF rendant hommage au Roi. Certains crachent sur des soit disant compromissions de Villiers mais au fond le plus compromis c'est bien Lepen. Soit disant qu'il ne se decouvrit nationaliste que lors de maastricht, pourtant quand je lis son bouquin de 1990 il dénonce déja l'avortement le materialisme et le fonctionnel détruisant le bien et le beau, les musulmans qui au nom de l'oumma préféreront la communauté musulmane à la France ,les pressions demographiques Nord-Sud. je ne comprends pas que Megret et son discour sur l'islam ,la guerre au Liban, etc, puisse rejoindre Soral aux discours totalement contraire faisant passer le Hezzbollah pour des pacificateurs. Les natios peuvent avoir des idées divergentes sur certains sujets mais de là à virer à Gauche...

Anonyme a dit…

Personnellement, ni ma famille, ni moi, ne voterons le pen. Il est pour la bombe nucléaire iranienne, au motif que d'autres pays l'ont.Parce-que , selon le pen, L'Iran est a classé parmi les pays modérés et sensés.

melenn a dit…

J'ai fait comme beaucoup d'entre vous fait parti du FN. j'ai assisté au congrès de Strasbourg , et depuis j'ai ressenti les trahisons. Elles sont venues doucétement. Monsieur Le Pen connait parfaitement la technique du voleur chinois , à chaque discours il en parlait et nous imbéciles heureux,on ne se rendait pas compte que nous en étions les victimes. Je n'ai jamais mesuré le temps, l'argent consacré. Et maintenant une trahison qui s'accentue.
Je me suis même demandée si Le Pen ne voulait pas détruire les nationalistes dans toutes les composantes, faire du mal à tout le tissu y compris dans celui des maisons d'éditions. Combien d'hommes politique ont pu avoir un aussi grand nombre de militants aussi dévoués. Travailler 3 jours au BBR tout en payant sa chambre, ses repas. Et tout ça pour une trahison. Il y a bien longtemps que Le Pen ne parle plus de la devise de la Rochejaquelin. J'ai moi aussi du dégout dans la bouche, une espèce de honte. Nous sommes certainement beaucoup plus de mille a ressentir la même chose.
Je ne voudrais pas qu'il soit élu car je ne voudrais entendre un jour : ton candidat est élu.